wandering queer

brouillon, dans le désordre et au crayon gris

tu m’touches 14 septembre 2013

en hommage a la conjoncture actuelle

note : c’est un texte de cul, _ça va pas plaire a tout le monde. il y a de la violence, elle est consensuelle, négociée, voulue par tout le monde impliqué. si t’as pas envie de lire ça, bin lis pas.

 

Tu m’touches.

Ton poing, ton genou, tu m’touches.

Ton poing dans ma gueule, ton genou dans mon ventre

tu m’touches, tu m’coupes le souffle.

Vo-lu-ptu-eu-sement.
(more…)

 

c’est le printemps 11 avril 2013

Filed under: pouésie,projets en cours,squatt/autogestion — stupidfrog @ 23:14

Je suis la sieste que l’on hésite à faire
je suis la veste qui cache le revolver
je suis le sursaut au son du ressort qui casse
je suis les mots dont on se lasse.

(more…)

 

nuire ! amen !

Filed under: LGBTI,pouésie,queer/transpédégouine — stupidfrog @ 23:01

Pulls marins,  chaussures bateau, cols claudine, petits polos, et coupe au bol. Un enfant devant, un enfant derrière, une raie sur le coté. Amen !

Des réacs en rang
d’oignons
alignés par 3, la main en l’air le bras bien droit
ils sont là pour nier
nos droits

(more…)

 

« se réveiller après sur une terre nouvelle, comme d’une convalescence » 14 mars 2013

Filed under: pouésie — stupidfrog @ 23:27

(atelier d’écriture du 14 mars, à partir d’un texte de Gide)

 

Un oeil, l’autre
le sable chaud, terre nouvelle
inédit des sensations. joie.
Evidemment, il n’a rien existé avant.
perpétuelle nouveauté
déferlement de neuf
l’aurore.

 

où l’on envoie paître les choses (et l’art du récit) 28 février 2013

Filed under: pouésie — stupidfrog @ 23:30

casanier petite maison casanier cabanon chaumière. elle va péter la chaumière et foutre le feu à la maison – j’me sens en prison. boulet au pied, amarre, chainon, menotte le fer au pied et ça cocotte, ça sent le renfermé. Chui renfermé à clef dans ma maison ma chaumière, planquée au sommet de la terre du buisson conifère, somnifère ça m’assomme, ses racines m’empoisonnent, m’étouffent. ça poisse ça pue le poisson pourri j’ai les attaches avariées, j’ai un boulet au pied.
« Si je voulais… »
si je voulais je partirais.
non plutôt
quand je veux je pars
c’est comme la cigarette,
quand je veux j’arrête. (more…)

 

What I want my words to do to you 14 novembre 2012

What I want my words to do to you.
I want my words to fracture the images in your head
and leave more questions than answers.
I want my words to turn everything upside down. I want them to invite you in. Open up a dialog. Disrupt your day.
I want them to leave you wondering why two million people in America today are locked up. I want to leave you dissatisfied with simple explanations and rote assumptions, thirsty for complexity and the deep discomfort of ambiguity.
I want to make you laugh. I want to make you cry. I want to make you wonder about your own prisons. I want you to ask why.
Judith Clark, writer, educator, long-term prisoner at Bedfor Hills Correctional Facility, New York, USA

 

mutinerie 9 novembre 2012

Filed under: pouésie,queer/transpédégouine,s'lame de fond — stupidfrog @ 15:38

Un petit texte clin d’oeil.

 

Dès 4 semaines, les rides sont visiblement atténuées.
Le teint s’illumine, la bouche s’étire en un large sourire. Après un an de pratique, le corps est visiblement plus ferme, plus droit, plus résistant aussi ; il retrouve à la fois une souplesse élastique. Le pelage est plus vif et la démarche a rajeuni. Le regard se fait mutin ; on lui donne dix ans de moins. Très vite, même, on ne sait plus lui donner d’âge.
La gouinerie, ça conserve.
La rébellion, ça rajeunit.
A l’abri de la soumission moutonnière, la gouine qui dit Non ! à son muselage, à son humiliation, scintille. Des paillettes lui poussent sur les pommettes, des munitions plein les poches, l’air d’avoir gagné à la loterie.
Le sabotage, ça embellit.
Dès la première année, on observe souvent se développer un talent inouï au billard, une vocation de pilier de comptoir, un gaydar fonctionnel même de nuit. Elle chante les hymnes à l’unisson, on la prend pour une jeune garçon, elle en sourit.
La mutinerie, ça change la vie.

 

 

texte en hommage à la Mutinerie, un lieu à suivre à paris, qui nous a chaleureusement accueilliEs avec S’lame de Fond pour une performance et un atelier d’écriture.
L’une des consignes (more…)