wandering queer

brouillon, dans le désordre et au crayon gris

My racism (etc) 17 juillet 2016

Quelques posts qui ont retenu mon attention ces derniers temps sur mon fil d’info sur face de bouc, pour celleux qui ne l’ont pas. Parce que récemment, on a parlé IRL avec des copines de ces thèmes-là, et je me suis rendue compte que sans fb je lirais beaucoup moins sur ce thème. Parce que je veux partager ces discussions avec elles. Pour que celles qui lisent l’anglais traduisent aux autres.

C’est beaucoup des articles nord américains, parce que le contexte de ces derniers semaines là bas a fait surgir beaucoup de paroles là dessus. ça n’est pas une raison pour se distancier et pour ne pas le prendre pour nous.

(not-translation: i don’t publish much anymore, but at least i’ll put there some of the interesting articles that i see in my feed, for the fb-deprived 😉 )

 

 

My Racism: My Harmful Attempts To Be One Of The « Good Whites »

https://reneeroederer.com/2016/07/11/my-racism-my-harmful-attempts-to-be-one-of-the-good-whites/

The author takes the suggestion made by Tawnia Denise Anderson : « White people, you have heard it said that you must talk to other white people about racism, and you must. But don’t talk to them about their racism. Talk to them about YOUR racism. (…). Don’t make it « their » problem. Understand it as your problem, because it is.« , and she talks about her racism.

Both the whole quote and the article are worth thinking about.

 

 

7 et 8 juillet : morts d’Alton Sterling et Philando Castile, deux Noirs tués par la police.

http://www.montraykreyol.org/article/114-noirs-americains-tues-par-la-police-au-cours-des-186-premiers-jours-de-lannee-2016

(maintenant on en est à 117, que je sache…)

Girlfriend who live streamed Philando Castile shooting speaks

Aux US : L’homme qui a été tué parce qu’il sortait ses papiers de sa poche, dans sa voiture, lors d’un controle de police. Sa petite-amie a filmé, elle raconte comment ça s’est passé

 

un post d’une meuf, Kelly Diels, sur fb, que je copie/colle :

My husband, my son.

One night, when I was pregnant, my husband went out to get gas. We’re Canadian and it was our weekly habit to go across the border to the US to fill up. We liked to do that late Sunday nights because there’s no line-up at the border. But I was pregnant and not feeling or sleeping well, so I went to bed and he went for gas.

He phoned me at 11pm, just as I’d finally fallen asleep. He was upset. He’d been pulled over in the US for speeding.

I was irritated. You woke me up for that? Pay the ticket and move on.

In the morning I opened my eyes and he was laying on his side looking at me. He’d obviously been awake for a while.

« Baby, » he said, « I was scared. »

It was 2014. Michael Brown, Eric Gardner. He saw the police officer walking up to the car with his hand on the gun.

Before the officer even got to the car, my husband had run through the sequence. He’d laid out the insurance papers and his driver’s license on the dash. He’d taken down his hoodie. He had the windows rolled down and his hands clearly visible on the steering wheel. He didn’t want to have to make any sudden movements or any movements at all.

Because he was scared.

And then, after he got the ticket – the officer was kind, polite – my husband called me. He was coming down off the scared, you know?

And I was irritated. I didn’t get it.

And I live with him. I love him.

I didn’t get it because I’ve never, ever felt that fear or had to go through that sequence. It has never occurred to me when an officer approaches the car that I might die.

This is reality for black and brown people. They are not safe – not even from the people who are supposed to keep us all safe – and they know it.

This is my husband and my son and they are your brothers.

 

 

5 juillet : Pride de Toronto

Lors de la pride, le mouvement Black Lives Matter, qui était invité d’honneur, a bloqué la pride 30 mn pour interpeller l’orga sur son racisme et obtenir des promesses signées. ça a marché (même si depuis… bref), voilà leur site avec toutes les infos, les demandes, et la video de ces meufs et queers super powerful qui prennent la parole alors qu’on les hue.

http://blacklivesmatter.ca/

allez hop c’est tout pour l’instant, bonnes lectures.

Publicités
 

du papier et de l’encre ! 28 janvier 2015

salut salut

alors je ne vous abandonne pas, hein. c’est juste que des fois je décroche de l’écran… et vous savez, je fais des trucs dingues comme lire des choses qui ne sont pas sur un écran, mais sur du *papier* (ça existe encore ce truc ??). Alors je me suis dit que pourquoi pas vous partager ça aussi ? Parce que c’est pas les coups de coeur qui manquent !

Ces derniers mois, j’ai un dealer infaillible : la bibliothèque municipale en bas de chez moi, qui paie pas de mine ; elle a un tout petit rayon pour annabeladultes, mais c’est des vrais bibliothécaires qui choisissent les bouquins qu’iels commandent et qui après t’en parlent. Bref à chaque fois que je me fournis chez elleux, sur 5 bouquins un coup de coeur, ça rate pas. Par exemple y’a quelques mois je suis tombée sur Annabel, de Kathleen Winter. C’est un bouquin de le personnage principal est intersexe, mais c’est pas un bouquin *que* sur ça, c’est ça qui m’a plu. C’est super bien écrit, ça se situe au Labrador et du coup c’est aussi la vie là bas, dans une petite communauté ; le rapport d’Annabel à sa sorte de marraine chelou, le deuil, tout ça tout ça. Bref, après t’as envie de le prêter à tout le monde.

(le résumé ici : http://www.babelio.com/livres/Winter-Annabel/337394 )

 

Après ça j’ai pris un tas dans lequel il y avait Si tout n’a pas péri avec mon innocence, d’Emmanuelle Bayamack-Tam, et quand je l’ai fini, j’ai prié fort pour qu’elle ait écrit plein d’autres livres, que je me suis empressée d’aller chercher et dévorer et c’est affreux j’en veux encore elle m’a même pas déçue.

(le résumé ici : http://www.babelio.com/livres/Bayamack-Tam-Si-tout-na-pas-peri-avec-mon-innocence/447587 )

le 4e de couv dit :

« Ce livre raconte comment l’esprit vient aux filles. On y apprendra, entre autres :
– comment naître à neuf ans
– comment survivre à la perte de l’innocence
– comment grandir sans sombrer
– comment aimer l’autre sans souhaiter sa diminution
– comment faire entendre la musique de l’alexandrin
– comment désirer sans fin
– comment remettre sa vie dans le bon sens « 

Et on va de bonne surprise en bonne surprise. Je l’avais pris pour un truc facile à lire et drôle, et en fait, bon, c’est un peu trash, mais surtout elle aborde plein de thèmes définitivement féministes… et c’est aussi très très drôle. Bon, pas autant que son autre bouquin, Une Fille du feu, où je me suis littéralement pissé dessus de rire toutes les 3 pages, quand j’étais pas en train de me faire une montée de « cette meuf est merveilleuse » (l’héroïne ? l’auteure ? je sais pas). un peu pareil avec Mon Père m’a donné un mari, c’est sous la forme théâtre et ça vous entraîne le périnée (pour pas se pisser dessus, quoi).

Une fille du feu ça commence comme ça :

« Chère opinion mondiale, je voudrais t’informer
du fait méconnu numéro un : on n’est jamais grosse
sans être un peu une héroïne. C’est une vérité que va
apprendre à ses dépens la femme qui se dirige vers
moi, visant le tabouret en face du mien avec un air
d’égarement buté, et mettant à s’y diriger plus de
détermination et plus d’énergie que nécessaire,
comme s’il s’agissait d’un objectif difficile à rallier.
J’identifie tout de suite une ennemie, une forgeronne
privée de machette mais bourrée de passion explosive
et d’intention de nuire, ce qui ne m’empêche pas de
décroiser les jambes, histoire que lui parvienne le
meilleur de moi-même, mon odeur en surchauffe,
chargée d’informations personnelles et dérangeantes.
(…)

– Tu es kabyle ?
Et voilà, elle n’est pas plutôt arrivée qu’elle en est
déjà au contrôle d’identité. Dieux de l’adrénaline,
envoyez-moi des adversaires à la hauteur, par pitié.
Comme si elle avait entendu, elle m’attrape le gras du
bras, me palpe, me pince, un vrai tripotage de maqui-
gnon.
– Dis donc, t’es bien en chair, en tout cas.
Avec les grosses, personne ne se gêne : les grosses
ont tout de suite droit à la familiarité. Je ne réponds
pas mais lui saisis le poignet et l’abats sur le comptoir
comme s’il s’agissait de mettre fin à une partie de bras
de fer qui n’aurait même pas commencé.

allez, c’est tout pour aujourd’hui. bonne lecture pi à très bientot !

 

de la lecture pour un dimanche de pluie 30 novembre 2014

ouh bin i fait moche didon. c’est l’heure de faire une tisane, de se caler sous la couette, et de lire plein de trucs. par exemple…

 

   – Black Girl Dangerous, encore et toujours…

notamment deux articles récents,

* un sur les manifestations, aux etatsunis, à la suite du meurtre de Michael Brown par la police, et ce que les medias considèrent comme « violent » (indice : pas le meurtre de Noir-e-s par la police)

http://www.blackgirldangerous.org/2014/11/ferguson-destruction-violence-really-isnt/

* et un d’une meuf queer Asian American, sur le fait que les blanches lui reprochent souvent d’avoir « trop confiance en elle »

http://www.blackgirldangerous.org/2014/11/white-women-say-im-confident-racist-s/

   – tiens, sur Michael Brown encore,

pour les blanch-e-s et les autres qui se veulent des « allié-e-s » des Noir-e-s en ce moment

http://freeqthamighty.tumblr.com/post/95573664816/on-white-people-solidarity-and-not-marching

 

   – une bédé en français

sur une gamine assignée garçon à la naissance – c’est  drole, c’est mignon, et c’est pédagogique

http://assigneegarcon.tumblr.com/

 

   – pendant ce temps là à toulouse,

l’expo sur les violences masculines prévue pour être affichée pour la journée du 25 novembre a été annulée, parce que…trop « vulgaire et immorale ». pardon ? tu sais que c’est pas de la fiction cette bédé, mais notre quotidien ? c’est quoi qui te choque ? c’est qu’on vive ça, ou bien qu’on te le dise ? ça me permet de (re)mettre le lien vers le blog dont sont tirées les planches de l’expo : projet crocodiles

 

   – à propos de « harcelement de rue »,

qui semble être le truc à la mode à dénoncer absolument (le projet crocodiles n’y échappe pas, j’ai l’impression que son bouquin édité s’est concentré là dessus, alors que le blog témoigne aussi beaucoup de violence de la part de proches), un petit article pour remettre les choses à leur place :

« Alors oui, je sais, il y a les “ouaich la miss” et les “madmouazel, t’es très très charmante”. Mais il n’y a pas de mystères les gens : si les banlieusards et les scarlas sont un peu en avance sur le harcèlement de rue, c’est que la harcèlement de bureau et le harcèlement de bar sont déjà pris. C’est qu’en fait, les banlieusards et les scarlas, on n’a pas trop envie de les voir ailleurs que dans la rue. Les banlieusards, les lascars et les ouaichs investissent l’espace qu’on leur laisse. Je ne dis pas que leur sexisme est moins grave ou moins violent. Je dis qu’il serait temps d’arrêter de ne parler que de celui-ci. Pendant qu’on s’acharne sur celui-ci, celui-là [blanc/bourgeois] s’assied, déplie ses jambes et s’installe. »

l’article: Du caractère polymorphe et multicolore du relou en milieu urbain

 

   – et puis tiens,

rions (?) un peu avec des photos de racisme « accidentel » (?) : 19 cases of accidental racism

racismeaccidentel

 

flippons un peu avec le placement de produits personnalisé dans les films

 

et, euh, bon dimanche !

 

 

trigger warning : sur la rhétorique néolibérale de la souffrance, du danger, et du traumatisme 6 juillet 2014

Filed under: capitalism/liberalism,English,LGBTI,queer/transpédégouine — stupidfrog @ 15:35

salut ! bon alors j’écris plus du tout en ce moment, mais tout ce que je lis et qui m’interesse, c’est des trucs autour de l’espace safe quand même. alors, au lieu de la suite promise du texte précédent, voila une petite reflexion à se mettre sous la dent.

bisous !

your_trigger_warnings_are_triggering_me_by_meiharu-d5j2mey

http://bullybloggers.wordpress.com/2014/07/05/you-are-triggering-me-the-neo-liberal-rhetoric-of-harm-danger-and-trauma/

 » sur la rhétorique néoliberale de la souffrance, du danger et du traumatisme »

 

deux ou trois pas sur cette corde raide 2 mars 2014

la gestion des agressions en milieu militant.

Un texte vient d’être publié, en français pour une fois (puisque quebecois), alors je saute sur l’occasion pour ouvrir ce sujet et mettre quelques liens.
le texte en question est ici :
premiers pas sur une corde raide :
« Depuis quelques mois, les dénonciations d’agressions sexuelles se succèdent à l’intérieur du milieu militant montréalais. […] Une des grandes forces du féminisme est bien d’ouvrir une porte qui nous permet d’interroger nos rapports, d’examiner leur ancrage structurel, en vue de s’affranchir des normes qui les régissent. Pourtant, nous ressentons que la situation actuelle bloque le débat : des tabous apparaissent, toutes les avenues semblent piégées. […] Nous allons donc tenter d’exprimer quelques réserves, pointer les dangers qui nous guettent, les dérives possibles, et surtout, tenter de rouvrir la porte. »

alors du coup, j’en profite pour mettre des liens vers d’autres textes.
un texte qui est paru cette année aussi, qui est plutot pour celleux qui s’interessent déjà pas mal au sujet (ielles font reference à des « courants de pensée » et des manières de faire, si on les connait pas, il vaut mieux commencer par lire des trucs qui les expliquent)
Accounting For Ourselves, Breaking the Impasse Around Assault and Abuse in Anarchist Scenes.
« Sexual assault and abuse continue to plague anarchist circles and spaces. In response, we’ve developed processes to hold each other accountable outside of the state. But why can’t we seem to get them right? This essay examines the context in which these community accountability models emerged and analyzes the pitfalls we’ve encountered in trying to apply them. To move beyond the impasse around sexual violence within our scenes, we need to challenge the idea of community itself and take our resistance in new directions. »


Revolution Starts at Home
: « The extent of the violence affecting our communities is staggering. Nearly one in three women in the United States will experience intimate violence in her lifetime. And while intimate violence affects relationships across the sexuality and gender spectrums, the likelihood of isolation and irreparable harm, including death, is even greater within LGBTQI communities. To effectively resist violence out there—in the prison system, on militarized borders, or other clear encounters with “the system”—we must challenge how it is reproduced right where we live. It’s one thing when the perpetrator is the police, the state, or someone we don’t know. It’s quite another when that person is someone we call a friend, lover, and trusted ally. »

bon, allez, pour l’instant c’est tout, parce qu’il fait beau alors je vais aller prendre le soleil. D’ici quelques mois, mon petit doigt me dit que plusieurs textes etatsuniens seront disponibles en français… en attendant, bonne lecture !

 

nuire ! amen ! 11 avril 2013

Filed under: LGBTI,pouésie,queer/transpédégouine — stupidfrog @ 23:01

Pulls marins,  chaussures bateau, cols claudine, petits polos, et coupe au bol. Un enfant devant, un enfant derrière, une raie sur le coté. Amen !

Des réacs en rang
d’oignons
alignés par 3, la main en l’air le bras bien droit
ils sont là pour nier
nos droits

(more…)

 

partageons pancartes et slogans ! 13 janvier 2013

hello !

Pendant que tous les cons sont regroupéEs loin loin dans la capitale, on en profite pour vous annoncer la création d’un endroit pour regrouper nos ressources, et prendre de la force pour les prochaines fois !

http://onveutvosdroits.wordpress.com

voilà le texte de présentation :

 » Depuis cet automne que les réac, cathos, fachos, homophobes de tous poils sont dans la rue, les copinEs féministes (transpédégouines notamment) ont redoublé de créativité, et on a vu fleurir slogans et pancartes drôles et radicales. On a aussi croisé d’autres pancartes géniales faites par d’autres groupes, et par des inconnuEs croiséEs en manif ou sur le net.mariage_ROSE

On s’est dit que ça serait pratique, pour les manifs à venir, d’avoir un endroit accessible à touTEs où stocker tout ça, et y puiser librement.

Du coup l’idée, c’est qu’on se passe l’adresse de ce blog, mais aussi son mot de passe, pour que chacunE puisse l’alimenter au gré de ses trouvailles, et qu’on puisse se piquer nos bonnes idées.

N’hésitez pas à pomper tout ce qu’il y a là, c’est en copyleft sauf mention contraire. Allez voir le petit « tutoriel » pour savoir comment prendre une image avec la meilleure qualité, et comment déposer une image ou un truc.

Plutôt que de pondre ici un texte sur qui on est, nos bases politiques, ce qui est bienvenu dans le site ou pas, on préfère vous renvoyer aux premiers textes qui sont publiés, et qui résument surement assez bien. Et puis, tant mieux si des voix diverses s’expriment ici, on aura + le choix de notre pancarte préférée !

Youpi !  »

sans les codes, vous pouvez aller prendre tout ce que vous voulez, et mettre par exemple des slogans en commentaire. avec les codes, vous pouvez aussi rajouter des pancartes ou des textes. écrivez-leur pour avoir les codes. (onveutvosdroits at gmail.com).