wandering queer

brouillon, dans le désordre et au crayon gris

récolte de décembre 11 décembre 2013

salut les genTEs !
voila deux ou trois trucs sur lesquels je suis tombée récemment et que j’aimerais partager.

 

EATING WHILE FAT –

eating while fat : manger en public, ça n’est pas juste manger, quand on est grosSE. C’est « être unE grosSE qui mange » (en anglais).

 

MEDIEVAL POC –

ELIZABETH MURRAY, LADY TOLLEMACHE, LATER COUNTESS OF DYSART AND DUCHESS OF LAUDERDALE WITH A BLACK SERVANT by Sir Peter Lely (1618-80), c1651, painting in the Long Gallery at Ham House, Richmond-upon-Thames
oh oui tiens, on aurait qu’à couper systématiquement ces images pour les montrer aux élèves. ça sera plus pratique. faudrait pas non plus que la conversation dérive sur le racisme, on a des sujets bien plus importants à traiter. et un programme à boucler.
http://fuckyeahcracker.tumblr.com/post/69316445533/medievalpoc-heartsalchemy-medievalpoc

 

 

 

 

Dans un autre registre…

les DURES et GAYS sont dans le MaximumRocknRoll de janvier, c’est la consécration ultime.

 

et une campagne chouette, parce qu’on a besoin de modèles pour grandir.

because_of_them

toutes les images ici

hé, sinon, dites, vous venez au Festival féministe de modifications corporelles, à Toulouse en janvier ?

Masselotte Fest, ouh yeah!

masselotte

Publicités
 

il faut 30 octobre 2013

« il faut manger des petites quantités, quitte à manger souvent,  sinon ça étire trop l’estomac »

« il ne faut pas manger souvent, seulement trois fois par jour, sinon l’estomac n’a pas le temps de se reposer »

« boire un grand verre d’eau (more…)

 

jupes 14 janvier 2013

je reposte une affiche d’actualité locale…
toulousejupe

 

école charcuterie 15 juin 2012

Cette semaine, j’ai animé des ateliers dans un collège, dans une classe de « français langue seconde », c’est-à-dire pour des élèves qui sont arrivéEs en (f)rance y’a pas très longtemps et ne maitrisent pas encore assez le français pour rejoindre leur classe « normale » (j’ai envie de mettre encore plus de guillemets dans cette phrase). Il s’est passé plein de trucs intéressants, et notamment, j’ai vu un peu les dynamiques d’exclusion qui se jouent avec les autres élèves, sur des trucs de non-maitrise de la langue par exemple ; et puis de racisme évidemment.

Bref dans l’atelier que j’ai animé avec les profs, on a fait un logorallye où les mots imposés étaient : charcuterie, table, collège, sourcils, technologie, coeur. Et voilà ce que j’ai écrit, du coup. Comme quoi, écriture automatique, mes fesses.

 

 

Charcuterie. Tu me charcutes et je ris. Ouais, ça m’fait rire, tu te débats ridicule avec tes ptits couteaux, tu crois m’faire mal mais même pas. La table, mets la table, passe à table allez, crache, raconte pourquoi ça t’amuse de m’charcuter comme ça, qu’est-ce qui te fait tripper dans la torture au collège ? C’est léger ? c’est facile ? Découper, recoller les morceaux, les sourcils éparpillés de tes proies en hachis, quel gâchis. Tu déploies des trésors de technologie, tu inventes des machins pour mieux me torturer me charcuter me dépecer, mais ça ne marche pas je garde mon sourire narquois et la rage dans mon coeur, une rage tellement immense que ça m’rend invincible, indestructible indécoupable, tu t’agites tu te déchaines mais ta scie sauteuse n’entamera pas ma peau, tu n’auras pas mes morceaux.

 

 

à propos d’école, ça me fait penser au livre que je suis en train de lire : Insoumission à l’école obligatoire, de C. Baker. C’est vachement plus agréable que de se demander si on va passer en 3eme.

 

pas d’enfant elleux non plus 22 octobre 2010

et merde, qu’est-ce qu’elle est belle cette chanson, chantée par une meuf dans l’emission dégenrée !
(emission sur la stérilisation volontaire en écoute ici !, chanson de 3:00 à 5:30)

Paroles : Henri Tachan, revues par dégenrée

Je ne veux pas d’enfant,
Pas de fruit à mon arbre,
A mon chêne, pas de gland,
A mon utérus, pas de barbe.
Je ne veux pas d’enfant
Pour consoler ma mort,
Pas de petit mutant,
Pas de petit Médor.

Je ne veux pas d’enfant
Qui sèche au tableau noir,
A la Guerre de Cent Ans,
Au fond d’un réfectoire,
Pas d’enfant aux curés,
Aux gradés, aux bidasses,
Pas d’enfant au piquet,
Ni première de la classe.

Je ne veux pas d’enfant
Qui pleure ou qui babille
Et dont on s’ra fierE quand
Il f’ra souffrir les filles.
Je ne veux pas d’enfant
Pour réussir mes rêves,
Les rêves des parents
Qui s’étiolent et qui crèvent.

Je ne veux pas d’enfant
Qu’on s’épingle en médaille,
Qu’on arbore clinquant
Bien avant la bataille.
Je ne veux pas d’enfant
Pour la paix des ménages,
Petit témoin tremblant
Des couples en naufrage.

Je ne veux pas d’enfant.
Je ne suis pas normalE.
J’ai déserté les rangs
Du troupeau génital.
C’est comme si j’étais pute,
Féministe et violente,
Enfin, de cette pègre
Qui fait peur à tout l’monde.

Je ne veux pas d’enfant.
Je le gueule à la face
De ce monde de grands
Assassins et rapaces,
Pas d’enfant pour vos guerres,
Vous les ferez sans lui.
Dans le sein de sa mère,
Elle objecte sa vie,

Dans le sein de sa mère,
Elle objecte sa vie !

 

being a mom of a gender fluid child… 14 février 2010

the conversation i just published reminded me of another mail from the same friend, « Glinka ».
here is a story she told me…

nov. 8th, 2009.
I took my blond-bobbed, big-blue-eyed, animated 5-year-old to the National Gallery today. The child, J, had chosen a very eye-catching outfit: black sporty zip-up knee high boots, red flowered tights covered by blue football shorts with double stripes down the sides, a body-hugging dark blue, long sleeved cotton tee-shirt with 3 buttons at the neck, such as a lumberjack (or a teenage girl) might wear, and a brown and red ski jacket, with a signature red wool Flying Ace cap, secured under the chin by velcro tabs. I must say, the child is truly sizzling in red. read more