wandering queer

brouillon, dans le désordre et au crayon gris

du papier et de l’encre ! 28 janvier 2015

salut salut

alors je ne vous abandonne pas, hein. c’est juste que des fois je décroche de l’écran… et vous savez, je fais des trucs dingues comme lire des choses qui ne sont pas sur un écran, mais sur du *papier* (ça existe encore ce truc ??). Alors je me suis dit que pourquoi pas vous partager ça aussi ? Parce que c’est pas les coups de coeur qui manquent !

Ces derniers mois, j’ai un dealer infaillible : la bibliothèque municipale en bas de chez moi, qui paie pas de mine ; elle a un tout petit rayon pour annabeladultes, mais c’est des vrais bibliothécaires qui choisissent les bouquins qu’iels commandent et qui après t’en parlent. Bref à chaque fois que je me fournis chez elleux, sur 5 bouquins un coup de coeur, ça rate pas. Par exemple y’a quelques mois je suis tombée sur Annabel, de Kathleen Winter. C’est un bouquin de le personnage principal est intersexe, mais c’est pas un bouquin *que* sur ça, c’est ça qui m’a plu. C’est super bien écrit, ça se situe au Labrador et du coup c’est aussi la vie là bas, dans une petite communauté ; le rapport d’Annabel à sa sorte de marraine chelou, le deuil, tout ça tout ça. Bref, après t’as envie de le prêter à tout le monde.

(le résumé ici : http://www.babelio.com/livres/Winter-Annabel/337394 )

 

Après ça j’ai pris un tas dans lequel il y avait Si tout n’a pas péri avec mon innocence, d’Emmanuelle Bayamack-Tam, et quand je l’ai fini, j’ai prié fort pour qu’elle ait écrit plein d’autres livres, que je me suis empressée d’aller chercher et dévorer et c’est affreux j’en veux encore elle m’a même pas déçue.

(le résumé ici : http://www.babelio.com/livres/Bayamack-Tam-Si-tout-na-pas-peri-avec-mon-innocence/447587 )

le 4e de couv dit :

« Ce livre raconte comment l’esprit vient aux filles. On y apprendra, entre autres :
– comment naître à neuf ans
– comment survivre à la perte de l’innocence
– comment grandir sans sombrer
– comment aimer l’autre sans souhaiter sa diminution
– comment faire entendre la musique de l’alexandrin
– comment désirer sans fin
– comment remettre sa vie dans le bon sens « 

Et on va de bonne surprise en bonne surprise. Je l’avais pris pour un truc facile à lire et drôle, et en fait, bon, c’est un peu trash, mais surtout elle aborde plein de thèmes définitivement féministes… et c’est aussi très très drôle. Bon, pas autant que son autre bouquin, Une Fille du feu, où je me suis littéralement pissé dessus de rire toutes les 3 pages, quand j’étais pas en train de me faire une montée de « cette meuf est merveilleuse » (l’héroïne ? l’auteure ? je sais pas). un peu pareil avec Mon Père m’a donné un mari, c’est sous la forme théâtre et ça vous entraîne le périnée (pour pas se pisser dessus, quoi).

Une fille du feu ça commence comme ça :

« Chère opinion mondiale, je voudrais t’informer
du fait méconnu numéro un : on n’est jamais grosse
sans être un peu une héroïne. C’est une vérité que va
apprendre à ses dépens la femme qui se dirige vers
moi, visant le tabouret en face du mien avec un air
d’égarement buté, et mettant à s’y diriger plus de
détermination et plus d’énergie que nécessaire,
comme s’il s’agissait d’un objectif difficile à rallier.
J’identifie tout de suite une ennemie, une forgeronne
privée de machette mais bourrée de passion explosive
et d’intention de nuire, ce qui ne m’empêche pas de
décroiser les jambes, histoire que lui parvienne le
meilleur de moi-même, mon odeur en surchauffe,
chargée d’informations personnelles et dérangeantes.
(…)

– Tu es kabyle ?
Et voilà, elle n’est pas plutôt arrivée qu’elle en est
déjà au contrôle d’identité. Dieux de l’adrénaline,
envoyez-moi des adversaires à la hauteur, par pitié.
Comme si elle avait entendu, elle m’attrape le gras du
bras, me palpe, me pince, un vrai tripotage de maqui-
gnon.
– Dis donc, t’es bien en chair, en tout cas.
Avec les grosses, personne ne se gêne : les grosses
ont tout de suite droit à la familiarité. Je ne réponds
pas mais lui saisis le poignet et l’abats sur le comptoir
comme s’il s’agissait de mettre fin à une partie de bras
de fer qui n’aurait même pas commencé.

allez, c’est tout pour aujourd’hui. bonne lecture pi à très bientot !

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s