wandering queer

brouillon, dans le désordre et au crayon gris

de la lecture pour un dimanche de pluie 30 novembre 2014

ouh bin i fait moche didon. c’est l’heure de faire une tisane, de se caler sous la couette, et de lire plein de trucs. par exemple…

 

   – Black Girl Dangerous, encore et toujours…

notamment deux articles récents,

* un sur les manifestations, aux etatsunis, à la suite du meurtre de Michael Brown par la police, et ce que les medias considèrent comme « violent » (indice : pas le meurtre de Noir-e-s par la police)

http://www.blackgirldangerous.org/2014/11/ferguson-destruction-violence-really-isnt/

* et un d’une meuf queer Asian American, sur le fait que les blanches lui reprochent souvent d’avoir « trop confiance en elle »

http://www.blackgirldangerous.org/2014/11/white-women-say-im-confident-racist-s/

   – tiens, sur Michael Brown encore,

pour les blanch-e-s et les autres qui se veulent des « allié-e-s » des Noir-e-s en ce moment

http://freeqthamighty.tumblr.com/post/95573664816/on-white-people-solidarity-and-not-marching

 

   – une bédé en français

sur une gamine assignée garçon à la naissance – c’est  drole, c’est mignon, et c’est pédagogique

http://assigneegarcon.tumblr.com/

 

   – pendant ce temps là à toulouse,

l’expo sur les violences masculines prévue pour être affichée pour la journée du 25 novembre a été annulée, parce que…trop « vulgaire et immorale ». pardon ? tu sais que c’est pas de la fiction cette bédé, mais notre quotidien ? c’est quoi qui te choque ? c’est qu’on vive ça, ou bien qu’on te le dise ? ça me permet de (re)mettre le lien vers le blog dont sont tirées les planches de l’expo : projet crocodiles

 

   – à propos de « harcelement de rue »,

qui semble être le truc à la mode à dénoncer absolument (le projet crocodiles n’y échappe pas, j’ai l’impression que son bouquin édité s’est concentré là dessus, alors que le blog témoigne aussi beaucoup de violence de la part de proches), un petit article pour remettre les choses à leur place :

« Alors oui, je sais, il y a les “ouaich la miss” et les “madmouazel, t’es très très charmante”. Mais il n’y a pas de mystères les gens : si les banlieusards et les scarlas sont un peu en avance sur le harcèlement de rue, c’est que la harcèlement de bureau et le harcèlement de bar sont déjà pris. C’est qu’en fait, les banlieusards et les scarlas, on n’a pas trop envie de les voir ailleurs que dans la rue. Les banlieusards, les lascars et les ouaichs investissent l’espace qu’on leur laisse. Je ne dis pas que leur sexisme est moins grave ou moins violent. Je dis qu’il serait temps d’arrêter de ne parler que de celui-ci. Pendant qu’on s’acharne sur celui-ci, celui-là [blanc/bourgeois] s’assied, déplie ses jambes et s’installe. »

l’article: Du caractère polymorphe et multicolore du relou en milieu urbain

 

   – et puis tiens,

rions (?) un peu avec des photos de racisme « accidentel » (?) : 19 cases of accidental racism

racismeaccidentel

 

flippons un peu avec le placement de produits personnalisé dans les films

 

et, euh, bon dimanche !

 

 

navigating the kink community as a QPOC 6 novembre 2014

je reposte un article intéressant que je viens de trouver.

 »  The first time I went to a play party, it was a kink party. I was just looking around with no intention to play. A white woman asked if she could flog me [hit with a flogger, which is a multi-tasseled whip]. I was so surprised. I thought, “You’re a white woman telling me you want to whip me? Don’t you know what that means?”  « 

( traduction : la première fois que je suis alléE à une play party, c’était une party BDSM. J’étais juste là pour regarder, sans intention de jouer. Une femme blanche m’a demandé si elle pouvait me fouetter (avec un martinet). J’ai été tellement surprisE. J’ai pensé « tu es une femme blanche et tu es en train de me dire que tu veux me fouetter ? est-ce que tu sais ce que ça veut dire ? »)

 

The Play Party Survival Guide and Kink Toolkit for Queer People of Color
ELIXHER chatted with Ignacio Rivera, activist and sex educator, about combating shame and preconceived notions around practicing kink and navigating kink communities as a queer person of color.