wandering queer

brouillon, dans le désordre et au crayon gris

deux ou trois pas sur cette corde raide 2 mars 2014

la gestion des agressions en milieu militant.

Un texte vient d’être publié, en français pour une fois (puisque quebecois), alors je saute sur l’occasion pour ouvrir ce sujet et mettre quelques liens.
le texte en question est ici :
premiers pas sur une corde raide :
« Depuis quelques mois, les dénonciations d’agressions sexuelles se succèdent à l’intérieur du milieu militant montréalais. […] Une des grandes forces du féminisme est bien d’ouvrir une porte qui nous permet d’interroger nos rapports, d’examiner leur ancrage structurel, en vue de s’affranchir des normes qui les régissent. Pourtant, nous ressentons que la situation actuelle bloque le débat : des tabous apparaissent, toutes les avenues semblent piégées. […] Nous allons donc tenter d’exprimer quelques réserves, pointer les dangers qui nous guettent, les dérives possibles, et surtout, tenter de rouvrir la porte. »

alors du coup, j’en profite pour mettre des liens vers d’autres textes.
un texte qui est paru cette année aussi, qui est plutot pour celleux qui s’interessent déjà pas mal au sujet (ielles font reference à des « courants de pensée » et des manières de faire, si on les connait pas, il vaut mieux commencer par lire des trucs qui les expliquent)
Accounting For Ourselves, Breaking the Impasse Around Assault and Abuse in Anarchist Scenes.
« Sexual assault and abuse continue to plague anarchist circles and spaces. In response, we’ve developed processes to hold each other accountable outside of the state. But why can’t we seem to get them right? This essay examines the context in which these community accountability models emerged and analyzes the pitfalls we’ve encountered in trying to apply them. To move beyond the impasse around sexual violence within our scenes, we need to challenge the idea of community itself and take our resistance in new directions. »


Revolution Starts at Home
: « The extent of the violence affecting our communities is staggering. Nearly one in three women in the United States will experience intimate violence in her lifetime. And while intimate violence affects relationships across the sexuality and gender spectrums, the likelihood of isolation and irreparable harm, including death, is even greater within LGBTQI communities. To effectively resist violence out there—in the prison system, on militarized borders, or other clear encounters with “the system”—we must challenge how it is reproduced right where we live. It’s one thing when the perpetrator is the police, the state, or someone we don’t know. It’s quite another when that person is someone we call a friend, lover, and trusted ally. »

bon, allez, pour l’instant c’est tout, parce qu’il fait beau alors je vais aller prendre le soleil. D’ici quelques mois, mon petit doigt me dit que plusieurs textes etatsuniens seront disponibles en français… en attendant, bonne lecture !

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s