wandering queer

brouillon, dans le désordre et au crayon gris

Elle compte 12 octobre 2012

Filed under: pouésie — stupidfrog @ 15:24

(consigne après le texte)

Elle compte. Elle compte les choses, elle égrène les chiffres. 1, 2, 3 fourchettes, 4, 5, 6  torchons, 7, 8, 9 voitures sous son balcon. Ça la rassure. Elle dénombre les culottes qui sortent de la machine à laver, les cuillères quand elle les range, les journaux sous le meuble télé. Elle compte les coups de l’horloge, les miaulements du chat, les pas de la voisine du dessus quand elle rentre. Elle sait le nombre de sucres dans la boite, et d’enfants au 4e droite. Elle sait aussi les jours, combien de secondes il reste avant que le feu passe au vert, combien de biscuits elle a mangé, combien de cigarettes elle a encore le droit de fumer, aujourd’hui. Elle ne chiffre pas les pièces, l’argent, ça non. Mais elle dénombre les stylos ; puis elle les aligne, les range par couleur. Ça la rassure.
C’est comme ça depuis qu’il est parti. Les premières semaines, il avait encore les clés. Elle avait peur qu’il revienne. Elle savait qu’il allait revenir. 1, 2, 3, 4, 5 clés sur le trousseau. 12 marches à monter, fois 3 étages… 35, 36, et puis il ne sonnerait pas, non. Il ne sonnerait pas, il tournerait la clé, et viendrait voler ses affaires. Alors, elle recomptait les fourchettes et les tasses, les draps, et, surtout, les jouets de la petite. 11 peluches, 4 animaux en plastique, 1 train, 14 livres. Plus le livre pour le bain.
Et son doudou. Le vert… C’était aussi la couleur préférée de sa fille. Elle sourit. Elle lui a transmis ça, aussi. Son père, lui, aimait le bleu. D’un banal affligeant. Elle avait d’ailleurs encore 4, 5 coussins bleus. Beurk. C’est bien, le vert, ça apaise, ça rassure, c’est l’herbe, la nature.
…Il avait tenu à peindre en mauve la chambre de la petite pour la naissance. En mauve !! … Elle avait repeint dès qu’il était parti. Vert pomme, et un peu de vert sapin. C’est bien plus gai. Mentalement, elle caresse les pinceaux, qu’elle a soigneusement lavés et alignés, dans l’atelier. Par taille, et type de poils.
1, 2, 3, il n’est – plus – là
4, 5, 6, parti avec tous ses vices
7, 8, 9, toutes les 2 c’est bien plus la teuf
10, 11, 12, il lui piquera plus son flouze

consigne :
il s’agit d’esquisser le portrait d’un personnage

…en répondant à des questions que l’animateur de l’atelier nous donne au fur et à mesure (ex : « est-ce qu’il est gros ? » et on répond par un bout de texte)
il nous donne :
– son occupation préférée.
– Un souvenir la hante ?
– Sa couleur préférée
– (finir le texte)

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s