wandering queer

brouillon, dans le désordre et au crayon gris

omniprésence parasite 12 juillet 2012

Filed under: capitalism/liberalism,pouésie,queer/transpédégouine — stupidfrog @ 14:22

un texte drôlement absurde écrit à un atelier pendant le festival du CRI. je trouve que tous les textes écrits avec cette consigne-ci ont du sens malgré leur coté absurde.

 

 

Ici, pour maintenir dans un cerveau féminin ce calme si souhaitable, elle véhicule des propositions arbitraires, des vérités aguicheuses, des idées réactionnaires qui désarment.
Elle nous abreuve d’endorphines convaincantes, diabolise la pagaille, envahit la parole. Elle a le goût des amandes pourries.

Omniprésence parasite
Elle est
Elle est partout
Elle est omniprésence parasite
Brazilification mentale.

Mais ici, ici aussi, « un coup d’eau sur la gueule et c’est reparti ». Il s’agit de cultiver la gangrène, rendre le culte de la glande pérenne, se laisser persuader par de paresseux potagers.
Contre le goût des amandes pourries, contre l’amertume des batailles d’idées guindées, tester la résistance du pélican, la force d’inertie de la masse des grands-pères, activer nos papayes inconscientes, et, tel un panda subliminal, prendre parole.
Prendre la parole et ne plus la lâcher.

Brazilification, n.f. : le gouffre grandissant entre les riches et les pauvres.
On se comprend.

 

 

 


Consigne : on a choisi ensemble « propagande » pour travailler. 1/mise en commun de mots sur le sens (que nous évoque « propagande »? p. ex. « inconscient », « télévisé »);
2/mise en commun de mots sur le son (mots avec des sons qui se retrouvent dans « propagande », p.ex « papaye », « grand-père »)
3/ individuellement, on choisit un mot dans chacune des listes. On les assemble : c’est le « titre » de notre nouvelle page. (p.ex. « omniprésence parasite »). on met de coté.

4/ découper chacunE 5 fragments qui nous plaisent ds des docs que la personne qui anime l’atelier avait apportés (notamment tracts de l’église catholique, des élections législatives, + des livres de la bibliothèque).
5/ en garder 1 pour soi.

6/ se balader entre les feuilles des autres personnes pour donner à qui nous plait les 4 autres (en fonction de leurs 2 mots de départ).

7/ on colle sur sa propre feuille les fragments récoltés. Pour compléter tout ça, on reprend les listes du début, et on fait des bouts de phrases avec un mot de 1/ et un mot de 2/, qu’on écrit sur sa feuille.

8/ on pioche un début imposé (je veux, ils disent, ici, on doit, pourquoi…)

9/ on a le début imposé, le titre c’est nos 2 mots choisis, on essaie de caser dans le texte les fragments et certains de nos bouts de phrase.

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s