wandering queer

brouillon, dans le désordre et au crayon gris

joyeuse rengaine 3 mars 2012

Filed under: capitalism/liberalism,pouésie — stupidfrog @ 02:48

Hop, le résultat d’un atelier avant un concert d’Enterrés Sous X.
Les consignes sont en bas.

C’est parti à propos des « 10 mots du ministère de la culture », 10 mots qu’il donne chaque année – et voilà, pendant un an, tous les poetes doivent trouver à bouffer sur ces 10 mots.

 

Joyeuse rengaine des pas-poètes
se partager 10 mots sans fin
sans fin ? tu parles, j’ai la dalle, à ramasser les
miettes de ce maigre butin
On aurait qu’à plutôt pendre ces salauds d’républicains !
Dans le gratin, une sélection aléatoire…
bonne pioche ! Et les égratigner, à la main,
sur le bitume tranchant de nos quotidiens.
Un bouquet de ces gens louches
sous une couche de nos emmerdes…
Et qu’on s’échine à la besogne ! On ne rechignera pas !
Pâle revanche face à leur radinerie.
On brisera leurs cous jusqu’au dernier !

Rage au ventre
ma violence incontrôlable.
J’ai jamais su être blasée,
et toujours pas,
j’saurai jamais.

Mes rêves de revanche:
utopie romantique, évidemment.
consciente du désuet
de l’absolu adolescent.
mais – pourtant – toujours
ma rage incontrôlable
les rêves sanglants
pendre les puissants
les faire taire
aveuglément venger nos vies
passer cette rage
sur n’importe qui…

Et qu’on s’échine à la besogne ! On ne rechignera pas !
Pâle revanche face à leur radinerie.
On brisera leurs cous jusqu’au dernier !
Pour rien au monde
on ne cèderait cette tâche
à quelqu’un d’autre.

Rage aux ventres
la dalle
notre violence incontrôlable.
En voilà une joyeuse rengaine,
les pas-poètes
la tiennent,
leur revanche.

 

 

on a fait ça en 2 temps.
1/ Il nous a lu un chapitre (Hurt) de
Poison Heart de Pierre Domingès. Il fallait récupérer au moins 3 mots. Puis à partir de là, écrire un texte (sans + de consigne).
Voilà les mots que j’ai choisis : joyeuse, pendre, républicaine, aléatoire, quotidien, couche, pâle, besogne, brisé, tâche, quelqu’un d’autre

2/ il faut « traduire » ce texte, en réécrivant un autre texte : 3 mots par vers. en fait, 3 mots, un point, 3 mots, un point, c’est-à-dire qu’il ne faut pas qu’il y ait d’enjambement, chaque ligne doit faire sens pour elle-même (moi j’ai un peu triché).

Mon 2e texte est assez éloigné du 1e, mais pour moi c’est quand même vraiment une traduction. Au final, j’ai mixé les 2 pour donner la version de là-haut (en gros j’ai mis le 2e au milieu du 1e).

Je trouve ça vraiment « efficace » pr moi, les trucs de réécriture. Ca te permet de prendre du recul par rapport au 1e jet, et au final, de mixer ce que tu préfères dans les 2 pour dire 1 peu + ce que tu veux dire.

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s