wandering queer

brouillon, dans le désordre et au crayon gris

la foire aux monstres 4 février 2012

Filed under: danse,féminisme,pouésie,riots not diets/grosses — stupidfrog @ 13:29

  Hopeulà, je me décide enfin à publier ce texte.  A la suite du recueil S’lame de fond (disponible dans toutes les bonnes librairies transpédégouines😉 ), on a commencé, avec un crew de gouines et/ou trans, à faire des résidences d’écriture slam. On y tente, entre autres, d’écrire des textes collectifs. Celui-ci vient de là : on avait pour thèmes « corps » et « la foire aux monstres » (suite à l‘appel à contributions de la petroleuse) et des contraintes de forme. ChacunE écrivait un couplet, et ensemble, on a écrit le refrain.

Pour cette version perso, j’ai remanié un peu le refrain, et ajouté des couplets.

voilà !

 

C’est la foire aux monstres
  le défilé des corps nuEs
Des tordus qui montrent
  des « autres » aux corps défendus

Y’a des corps d’hier
  ceux qui sont pas encore néEs
Des corps tout en nerfs
  des corps pas sages en corset

Des corps beaux qui râlent
  conservés dans du formol
Et l’corsaire qui racole
  dans les rangs d’la chorale

mais…

Le zoo est fermé !
Circulez, y’a rien à voir
Loin de vos regards,
nos vies avaient commencé.
Nos souffles l’emportent,
en crew on écrit l’histoire.
Vous visiez la porte,
mais on a bouffé la clé !

 

C’est la foire aux monstres,
  c’est là que j’m’épanouis
Loin de vos regards,
  j’danse des accords désappris

J’fonds pas dans l’décor
  y’a mon corps gras qui fait tâche
Et ma graisse encore
  saturée d’vos regards lâches
J’suinte par tous les pores
  je déborde de mots qui fâchent

Le zoo est fermé !
Circulez, y’a rien à voir
Vous rêviez d’entrer,
mais on a bouffé la clé !

 

Et puis c’est qu’elle boite
  comment t’oses te dire danseuse ?
Elle tient même pas droite
  corrompue, monstre boiteuse

Corps fier en béquilles
  j’écorche tes idées reçues
Et ma cane elle brille
  au grand bal d’mes soeurs tordues
Même pas je vacille
  quand ma cane te tape dessus

Le zoo est fermé !
Circulez, y’a rien à voir
Loin de vos regards,
nos vies avaient commencé.
Nos souffles l’emportent,
en crew on écrit l’histoire.
Vous visiez la porte,
mais on a bouffé la clé !

 

C’est la foire aux monstres
  et on est toute une armée
Si les portes s’ouvrent
  vous feriez mieux d’vous planquer !

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s