wandering queer

brouillon, dans le désordre et au crayon gris

manuel de conversation pour un débat sur le végétarisme sur les forums 28 avril 2010

Filed under: fais tourner (pompé ailleurs),geek powa,go vegan! — stupidfrog @ 14:50

je re-poste ce manuel, trouvé sur ce blog (par un article sur un menu végé dans une cantine), et qui me rappelle tellement mes égarements mensuels sur des forums…

Au cours de mes tribulations sur internet, j’ai observé que les débats relatifs au végétarisme ou à la protection animale se ressemblent tous. J’ai donc pris de mon temps pour vous livrer une synthèse de ce qui va se passer au cours de la conversation. Il n’y a aucun jugement de ma part, je ne cautionne pas tous les propos, c’est seulement que c’est comme ça que ça se passe.

Une personne va lancer un débat sur le végétarisme (ou la protection animale), peu importe que cette personne soit pour ou contre, et peu importe le contenu du premier message.

Un végétarien va intervenir pour dire qu’en effet, il est végétarien, et qu’il se porte bien.

Un non-végétarien va dire qu’il est ridicule d’être végétarien, puisque l’homme a toujours mangé de la viande.

Le végétarien va lui dire que l’ancienneté d’une tradition n’est pas gage de sa moralité, et qu’en effet, on a toujours pratiqué le meurtre, l’excision, et la discrimination.

Le non-végétarien va lui dire qu’il est choquant de comparer le meurtre et la viande, puisque dans un cas, on tue, mais que dans l’autre cas, euh, eh bien, on tue aussi, mais c’est qu’un animal.

Le végétarien va dire qu’à certaines époques, on tuait des gens, parce que ce n’étaient que des noirs.

Le non-végétarien va s’énerver car la comparaison entre l’animal humain et l’animal non humain est un tabou qu’il est dangereux de briser.

Un intervenant poste une photo de viande crue.

Divers forumers lui signalent gentiment que ça ne fait pas avancer le shmilblick.

Un non-végétarien va dire que de toute façon, les hommes préhistoriques mangeaient de la viande, et que donc, on doit en manger. Le végétarien va lui suggérer de s’habiller en peau de bête brute, de vivre dans une grotte et de tirer sa femelle par les cheveux puisque c’est ainsi que les hommes préhistoriques faisaient
(existe aussi en version: je mange de la viande parce que les lions mangent les gazelles).

Un non végétarien rappelle que l’homme est un omnivore. Le végétarien lui dit que ça ne dispense pas de faire des choix puisque l’homme peut s’adapter à un régime végétarien, et ajoute que bien que le non-végétarien ait des jambes, il a quand même une voiture ou un vélo et qu’il n’est pas si attaché que ça à son état de nature finalement.
Le non-végétarien dit alors que l’homme est au sommet de la chaîne alimentaire. Un non végétarien lui demande si ce sont les hommes qui mangent les lions ou plutôt le contraire, et dit que quand bien même les hommes seraient en haut de la chaîne alimentaire, ça ne justifierait pas l’horreur de la condition animale aujourd’hui.

Le non-végétarien va dire que de toute façon, il faut manger des protéines, un végétarien va lui expliquer qu’on trouve des protéines ailleurs que dans la viande, et surtout dans les céréales et légumineuses.

Le non-végétarien va demander une source.
Le végétarien la lui donne sous forme de lien.
Le non-végétarien conteste la fiabilité de la source.

Le végétarien lui donne une dizaine d’autres sources.
Le non-végétarien conteste la fiabilité de toutes les autres sources.
Le végétarien demande au non-végétarien de lui fournir une source prouvant qu’il est impossible de manger équilibre en étant végétarien.
Le non-végétarien ne peut pas la fournir mais précise que sa belle-sœur était secrétaire dans un cabinet de diététique et qu’il sait de quoi il parle.

Un autre non-végétarien trouve que la source est trop longue à lire et donne un de ses arguments dont la réponse est dans la source qu’il n’a pas voulu lire.

Un non végétarien dit que la preuve que les végétariens ont des carences, c’est que tous les végétariens qu’il connait ont un teint très blancs et sont fatigués. Un végétarien lui demande combien de végétariens il connait exactement, où il les a rencontrés, et s’il y a moyen de les contacter. Le non végétarien disparait de la conversation.

Un non-végétarien signale aux végétariens que les carottes crient quand on les coupe.

Les végétariens lui font un cours accéléré de biologie des systèmes nerveux, et lui suggèrent de devenir végétarien s’il se soucie vraiment de la souffrance des plantes, puisqu’il faut en effet beaucoup de plantes pour nourrir la viande qu’il mange.

Le non-végétarien dit que les végétariens essaient de le convertir.

Les végétariens disent qu’en effet , il serait bon que l’on mange globalement moins de viande, la production de celle-ci étant extrêmement polluante et affamant les pays les plus pauvres.
Le non-végétarien demande une source.
Le végétarien la lui donne sous forme de lien.
Le non-végétarien conteste la fiabilité de la source.
Le végétarien lui donne une dizaine d’autres sources.
Le non-végétarien conteste la fiabilité de toutes les autres sources.
Le végétarien demande au non-végétarien de lui fournir une source prouvant que la production de viande n’est pas néfaste pour l’environnement.
Le non-végétarien ne peut pas la fournir mais précise que son beau-frère est chauffeur au ministère de l’environnement et qu’il sait de quoi il parle.

Un non-végétarien croit le végétarien mais dit que ce problème est un problème de production, que c’est l’industrie qui est mauvaise, mais que ce n’est pas sa faute à lui si il y a un problème dans la production. Un végétarien lui explique le système de l’offre et de la demande.

Un non-végétarien va dire que de toute façon, la vie d’un animal ne vaudra jamais celle d’un homme.
Un groupe de végétariens se lance dans une réflexion philosophique sur la valeur de la vie et laisse les non-végétariens en plan.

Un anti-végétarien débarque et dit que les végétariens ont tous des carences.
Un végétarien le renvoie gentiment à la première page au moment ou la conversation parle de nutrition.

Un non-végétarien se demande ce que feraient les végétariens s’ils étaient dans le désert avec seulement une tranche de jambon.

Un non végétarien va dire qu’on ferait mieux de s’occuper des enfants qui crèvent de faim plutôt que des conditions de vie des poulets en batterie.
Un végétarien lui explique par a+b que le végétarisme est une façon efficace de lutter contre la faim dans le monde.
Le non-végétarien s’énerve, culpabilise, et demande une source (voir ci-dessus).

Un intervenant lance le débat sur l’antispécisme. Rapidement, le point Godwin est franchi.

Un intervenant dit que lui, il a déjà mangé du cheval, que c’était très bon, que s’il le pouvait il mangerait du rat, et que rien ne vaut une bonne entrecôte bien saignante.
Un végétarien lui demande s’il ne trouve pas que la gourmandise pèse peu face aux problèmes environnementaux crées par la consommation de viande.
Le non végétarien dit que de toute façon, le végétarien n’est pas parfait (recycle t-il ses déchets ? roule t-il en voiture ? et d’ailleurs que fait-il devant son ordinateur, là? ) et qu’il n’a pas de leçon à lui donner, et que de toute façon, on leur interdit tout, fumer, boire, et maintenant la viande ? ah non c’est pas possible.

Un intervenant corrige les fautes d’orthographe de tous les autres.
Un intervenant opposé engueule celui qui corrige les fautes d’orthographe.
Un opposant à l’opposé corrige les fautes d’orthographe de l’opposé.

Un troll met en relation végétarisme et anorexie, et il sait de quoi il parle, car sa cousine, qui est végétarienne (elle ne mange que du blanc de poulet) a fini par devenir anorexique.

Un intervenant dit que c’est bien joli, mais qu’il faut de la viande pour être fort, d’ailleurs, regardez les sportifs, ils ne sont pas végétariens.
Un végétarien lui fournit une liste des plus grands champions végétariens et végétaliens.

Un non-végétarien dit que lui, de toute façon, il n’est pas concerné, puisqu’il consomme exclusivement la viande de la ferme de sa mamie sur laquelle il habite (la ferme, pas la mamie).
Le végétarien lui dit que si à chaque fois qu’on lui avait dit ça c’était vrai, il n’y aurait pas de rayon viande au supermarché.

Le non végétarien lui dit que peut-être, mais lui, c’est vrai.

Un non-végétarien dit que de toute façon, il est trop pauvre pour être végétarien. Le végétarien lui rappelle que c’est la viande qui coûte cher.

Un non végétarien explique qu’Hitler était végétarien. Un végétarien dément à grand renfort de liens historiques chiants qu’on ne lira pas, et explique qu’en revanche, Einstein et Léonard de Vinci étaient biens végétariens.
Débat  sur le QI d’Einstein, et ses théories simplistes probablement dues à son végétarisme.

Un végétarien hypersensible débarque et dit que c’est dégueulasse et monstrueux de faire subir des tortures aux animaux pour le simple plaisir alimentaire. Levée de boucliers des non-végétariens qui tiennent enfin leur preuve que les végétariens sont des extrémistes, et démenti gêné de la plupart des végétariens du forum qui disent comprendre les réactions des deux côtés.

Un intervenant dit que tout ça lui a donné faim et que d’ailleurs il est en train de manger un steak, là,  derrière son ordinateur.

Un pesco-végétarien arrive et se fait engueuler par les deux parties, parce qu’il mange du poisson et se dit végétarien ou parce qu’il ne mange pas de viande. Un intervenant dit qu’effectivement, les végétariens mangent du poisson, alors que les végétaliens (qui eux sont vraiment des extrémistes) n’en mangent pas. Un végétarien et wikipédia remettent les points sur les « i ».

Un non-végétarien va dire que le soja est mauvais pour la santé et l’environnement, un végétarien va lui dire que s’il a des craintes de ce côté-là, il peut arrêter de manger de la viande, puisque les animaux sont souvent nourris au soja qui a poussé sur ce qui fut la forêt amazonienne.

Un végétarien va dire que le végétarisme est une forme de décroissance alimentaire.
Un intervenant va demander ce qu’est la décroissance.
Un non végétarien va dire que c’est pas écolo de manger du tofu importé d’Asie. Le végétarien va lui apprendre qu’on produit du tofu en France, et demande au non-végétarien s’il mange de l’agneau de Nouvelle-Zélande, du bœuf du Chili, du café, et des bananes.

Un vegan vaporeux et poétique poste une phrase que personne ne comprend.

Un non végétarien insinue un manque d’activité sexuelle chez les végétariennes. Une végétarienne lui fait le coup de la B12, ce qui fait rire les autres végétariens mais pas les non-végétariens puisqu’ils ne savent pas ce qu’est la B12, ni le « coup de la B12 ».

Un non végétarien s’indigne du fait que les végétariens se croient toujours plus intelligents. Entrant dans son jeu, un végétarien lui poste plusieurs articles relatant les liens entre végétarisme et QI.
Le non-végétarien va dire que de toute façon, pour les végétariens, ils ne sont que des bouffeurs de cadavre. Le végétarien va lui demander s’il mange directement la viande sur le dos de l’animal vivant, et lui dit que dans le cas contraire, en effet, il mange bien du cadavre.

Un non-végétarien comprend le coup de la B12 et essaie de brancher une végétalienne.

Un intervenant poste une photo de viande crue. Tout le monde lui signale qu’on leur a déjà fait le coup.
Un végétarien poste Earthlings. Un non-végétarien prétend que la vidéo est truquée. Tout le monde culpabilise et  s’énerve.

Un modo intervient pour dire à tout le monde de se calmer.

N’ayant pas lu le début de la conversation, un non-végétarien rappelle que les salades souffrent quand on les arrache. Les MP des végétariens explosent car ils avaient tous parié sur le prochain qui ferait le coup du cri de la carotte. Les végétariens se foutent quand même un peu de la gueule du crieur de carottes sur le forum, mais celui-ci ne comprend pas le truc et croit avoir cloué le bec aux bouffeurs de carottes.

Un non-végétarien dit que de toute façon, la bouffe végétarienne est dégueulasse. Un végétarien poste un lien vers son blog de cuisine. La moitié des lecteurs du forum se fait un plat végétarien le soir même.

Deux types floodent sur des recettes de cuisine pendant trois pages.

Croyant bien faire, un non-végétarien dit que « chacun mange ce qu’il veut », que lui il laisse les végétariens manger leurs carottes, alors que les végétariens le laissent manger sa viande s’il vous plait.

Un peu démoralisés, les végétariens reprennent tous les argments déjà édictés, disent que non, manger de la viande n’est pas un choix « personnel », puisque ça implique l’animal qui n’a pas le choix de mourir ou pas, les gens qui crèvent de faim parce qu’on leur pique leur bouffe pour nourrir notre bétail, les générations futures dont ou pourrit l’environnement, que chaque jour dans le monde, à cause en partie de notre consommation, 800 millions de personnes ne mangent pas « ce qu’elles veulent », et que ça autorise à faire de la promotion pour le végétarisme.

A court d’arguments, le non-végétarien va dire que les végétariens ne font rien qu’à faire du prosélytisme et de la propagande, et que pour eux c’est de l’intolérance extrémiste. Un végétarien va expliquer qu’il ne s’agit pas de propagande mais d’information, et que chacun est libre d’en tirer les conséquences, et que l’extrémisme ne se trouve pas du côté des végétariens mais du fanatisme de l’industrie de la viande qui tue des milliards d’animaux et pollue à tout va en affamant les pays pauvres.

Bonus: un végétarien poste ce texte. Les végétariens se marrent et trouvent que « c’est très vrai ». Un non végétarien dit que c’est très mal écrit, et que c’est méprisant envers les non végétariens qui passent une fois de plus pour des cons.

A 18h, les employés rentrent chez eux, le débat se tasse.
Et, tel l’ampoule, six mois plus tard, un couillon répond au post initial sans relire la conversation et relance tout le truc.

Ce manuel est à compléter progressivement en fonction de l’imagination des deux parties. Il est libre de droit pour une utilisation sur un forum internet. Merci à tous les intervenants végétariens et non-végétariens qui m’ont permis de le rédiger. Dans le même style: ICI

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s