wandering queer

brouillon, dans le désordre et au crayon gris

du papier et de l’encre ! 28 janvier 2015

salut salut

alors je ne vous abandonne pas, hein. c’est juste que des fois je décroche de l’écran… et vous savez, je fais des trucs dingues comme lire des choses qui ne sont pas sur un écran, mais sur du *papier* (ça existe encore ce truc ??). Alors je me suis dit que pourquoi pas vous partager ça aussi ? Parce que c’est pas les coups de coeur qui manquent !

Ces derniers mois, j’ai un dealer infaillible : la bibliothèque municipale en bas de chez moi, qui paie pas de mine ; elle a un tout petit rayon pour annabeladultes, mais c’est des vrais bibliothécaires qui choisissent les bouquins qu’iels commandent et qui après t’en parlent. Bref à chaque fois que je me fournis chez elleux, sur 5 bouquins un coup de coeur, ça rate pas. Par exemple y’a quelques mois je suis tombée sur Annabel, de Kathleen Winter. C’est un bouquin de le personnage principal est intersexe, mais c’est pas un bouquin *que* sur ça, c’est ça qui m’a plu. C’est super bien écrit, ça se situe au Labrador et du coup c’est aussi la vie là bas, dans une petite communauté ; le rapport d’Annabel à sa sorte de marraine chelou, le deuil, tout ça tout ça. Bref, après t’as envie de le prêter à tout le monde.

(le résumé ici : http://www.babelio.com/livres/Winter-Annabel/337394 )

 

Après ça j’ai pris un tas dans lequel il y avait Si tout n’a pas péri avec mon innocence, d’Emmanuelle Bayamack-Tam, et quand je l’ai fini, j’ai prié fort pour qu’elle ait écrit plein d’autres livres, que je me suis empressée d’aller chercher et dévorer et c’est affreux j’en veux encore elle m’a même pas déçue.

(le résumé ici : http://www.babelio.com/livres/Bayamack-Tam-Si-tout-na-pas-peri-avec-mon-innocence/447587 )

le 4e de couv dit :

« Ce livre raconte comment l’esprit vient aux filles. On y apprendra, entre autres :
– comment naître à neuf ans
– comment survivre à la perte de l’innocence
– comment grandir sans sombrer
– comment aimer l’autre sans souhaiter sa diminution
– comment faire entendre la musique de l’alexandrin
– comment désirer sans fin
– comment remettre sa vie dans le bon sens « 

Et on va de bonne surprise en bonne surprise. Je l’avais pris pour un truc facile à lire et drôle, et en fait, bon, c’est un peu trash, mais surtout elle aborde plein de thèmes définitivement féministes… et c’est aussi très très drôle. Bon, pas autant que son autre bouquin, Une Fille du feu, où je me suis littéralement pissé dessus de rire toutes les 3 pages, quand j’étais pas en train de me faire une montée de « cette meuf est merveilleuse » (l’héroïne ? l’auteure ? je sais pas). un peu pareil avec Mon Père m’a donné un mari, c’est sous la forme théâtre et ça vous entraîne le périnée (pour pas se pisser dessus, quoi).

Une fille du feu ça commence comme ça :

« Chère opinion mondiale, je voudrais t’informer
du fait méconnu numéro un : on n’est jamais grosse
sans être un peu une héroïne. C’est une vérité que va
apprendre à ses dépens la femme qui se dirige vers
moi, visant le tabouret en face du mien avec un air
d’égarement buté, et mettant à s’y diriger plus de
détermination et plus d’énergie que nécessaire,
comme s’il s’agissait d’un objectif difficile à rallier.
J’identifie tout de suite une ennemie, une forgeronne
privée de machette mais bourrée de passion explosive
et d’intention de nuire, ce qui ne m’empêche pas de
décroiser les jambes, histoire que lui parvienne le
meilleur de moi-même, mon odeur en surchauffe,
chargée d’informations personnelles et dérangeantes.
(…)

– Tu es kabyle ?
Et voilà, elle n’est pas plutôt arrivée qu’elle en est
déjà au contrôle d’identité. Dieux de l’adrénaline,
envoyez-moi des adversaires à la hauteur, par pitié.
Comme si elle avait entendu, elle m’attrape le gras du
bras, me palpe, me pince, un vrai tripotage de maqui-
gnon.
– Dis donc, t’es bien en chair, en tout cas.
Avec les grosses, personne ne se gêne : les grosses
ont tout de suite droit à la familiarité. Je ne réponds
pas mais lui saisis le poignet et l’abats sur le comptoir
comme s’il s’agissait de mettre fin à une partie de bras
de fer qui n’aurait même pas commencé.

allez, c’est tout pour aujourd’hui. bonne lecture pi à très bientot !

 

« Ce que nous faisons dans la lumière » 25 janvier 2015

c’est mal traduit de « What we do in the light », mais en tout cas, c’est un projet de photos : quel sexe on fait dans les pornos, quel sexe on fait dans la vraie vie.

elles sont belles, ces photos

Sadie Lune & T

(un article ici qui les présente, : http://www.ourageis13.com/feature/alexa-vachon-photographie-le-sexe-dans-les-pornos-et-dans-la-vraie-vie/ )

 

 

 

bon bon bon 22 janvier 2015

… il va bien falloir s’y coller alors. A propos de l’actualité, je veux dire, depuis les evenements des 7 et 9 janvier. Effectivement, avec facedebouc,  j’ai accès à une avalanche d’articles plus ou moins interessants mais en tout cas foisonnants, c’est le moins qu’on puisse dire ; et effectivement, je me laisse prendre dans ce truc de les « partager » directement, et je trouve que j’ai fait mon boulot, alors que ça ne fait que circuler sur fb, ce qui n’est pas très cool pour toustes celleux qui trainent pas sur ce site… alors bon, il y a déjà des articles qui recensent les articles etc etc, mais au final, je me retrouve beaucoup sur les mêmes sites. alors voilà des liens vers ces sites, fouillez :)

– le site du Parti des Indigènes de la République, vous pouvez commencer par cet article : http://indigenes-republique.fr/charlie-vu-par-les-arabes-et-les-noirs-des-quartiers/ (Charlie vu par les Arabes et les Noirs des quartiers)

– le site Quartiers Libres, que j’ai découvert à cette occasion. vous pouvez commencer ici (parce qu’il n’y a pas que Charlie dans la vie) : https://quartierslibres.wordpress.com/2015/01/22/proces-de-said-bouamama-et-saidou/ (sur comment s’est passé le procès de Saïdou de ZEP et de Saïd Bouamama, mardi dernier)

– Les Mots Sont Importants, j’ai déjà dû mettre le lien plein de fois mais bon, un site merveilleux fabuleux coeur coeur, alors j’ai pas su choisir l’article : http://lmsi.net/

Bon, et puis je résiste pas à vous mettre 2 petits liens en plus, vers des articles que j’ai lu aujourd’hui :

– un article pour les blanc-he-s, et j’ai envie de te (me) dire « autant que possible, prends le personnellement ». http://www.cases-rebelles.org/jai-separe-nos-routes/

(…) Quand vous serez plus vieux que vous vous serez poséEs ce ne sont pas nos misères qui vous empêcheront de dormir, ce n’est pas la conscience qui vous poussera à ne rien dire. C’est juste que vous serez passéEs à d’autres tourismes. Mais moi ça fait longtemps que j’aurai séparé nos routes. »

« Il y a de cela quelques années j’ai séparé nos routes. Séché mes larmes de votre insistance à être si blancHEs, si occidentauxALES. Vos références aveuglantes d’égocentrisme culturel et historique; vos révolutions françaises, russes, vos guerres d’Espagne, 68, et que sais-je… Où étions-nous pendant ce temps là ? Suant, saignant, braillant, crevant d’absences sans doute. Pendant que vous vous rêviez marxistes léninistes, anarchistes, féministes, socialistes, républicainEs, antifascistes, en attendant de nous apprendre à notre « réveil » que la société qui nous avait annexéEs, génocidéEs, enchaînéEs avait aussi accouché de plans de sorties, que vous alliez « partager » dans votre grande mansuétude. Vos mythologies libératrices je les profane ; ce ne sont pas les miennes. Je n’espère rien d’autre que vous fermiez vos gueules. On a trop entendu l’homme blanc chanter au vent ses stratégies étouffantes. la suite

– et puis du coup un article dans libe (…), mais qui est interessant aussi parce qu’il pose des trucs que j’ai envie de reutiliser dans d’autres domaines : Ethique de conviction contre éthique de responsabilité : http://www.liberation.fr/societe/2015/01/19/charlie-ethique-de-conviction-contre-ethique-de-responsabilite_1184055 Par exemple, je me (suis) demand(é)e (ce matin dans la douche) si on pourrait pas appliquer cette distinction à ce qui nous sépare, entre certains courants féministes ? attends, j’élaborerai un peu dans ma prochaine douche et puis je t’en reparle, ok ?   allez, bonne lecture et bisous

 

14 janvier 2015

Filed under: actu,fais tourner (pompé ailleurs),racisme/islamophobie — stupidfrog @ 13:37

 

j’héstais à faire une petite revue de presse de la semaine qui vient de s’écouler, mais c’est déjà un peu l’overdose d’infos, non ?*

alors juste  un truc, ok ?

cette video : « message aux jihadistes, islamistes, cyclistes »

 

la video dit :

« alors bonjour.

c’est juste un petit message pour tous les cinglés, tous les fous, les malades mentaux, qui décident de se déclarer euh, islamistes, intégristes,  djihadistes, pianistes, cyclistes, juste pour commettre leurs méfaits, d’accord ?

Vous êtes gentils, maintenant, vous nous laissez tranquilles, hein ?! On est fatiguéEs, c’est déjà compliqué de vivre ici en Europe, si en plus vous commencez à ramener toute la haine vers nous… ça commence à fatiguer un petit peu beaucoup quand même. Voilà. Donc merci de choisir une autre religion. Voilà ! Au revoir ! »

:) :) :)

* si y’en a ici qui trouvent que non, si t’as pas facebouc, tu trouves pas 2 articles interessants par heure, faites signe, je la ferai cette revue de presse, ok ?

 

de la lecture pour un dimanche de pluie 30 novembre 2014

ouh bin i fait moche didon. c’est l’heure de faire une tisane, de se caler sous la couette, et de lire plein de trucs. par exemple…

 

   – Black Girl Dangerous, encore et toujours…

notamment deux articles récents,

* un sur les manifestations, aux etatsunis, à la suite du meurtre de Michael Brown par la police, et ce que les medias considèrent comme « violent » (indice : pas le meurtre de Noir-e-s par la police)

http://www.blackgirldangerous.org/2014/11/ferguson-destruction-violence-really-isnt/

* et un d’une meuf queer Asian American, sur le fait que les blanches lui reprochent souvent d’avoir « trop confiance en elle »

http://www.blackgirldangerous.org/2014/11/white-women-say-im-confident-racist-s/

   – tiens, sur Michael Brown encore,

pour les blanch-e-s et les autres qui se veulent des « allié-e-s » des Noir-e-s en ce moment

http://freeqthamighty.tumblr.com/post/95573664816/on-white-people-solidarity-and-not-marching

 

   – une bédé en français

sur une gamine assignée garçon à la naissance – c’est  drole, c’est mignon, et c’est pédagogique

http://assigneegarcon.tumblr.com/

 

   – pendant ce temps là à toulouse,

l’expo sur les violences masculines prévue pour être affichée pour la journée du 25 novembre a été annulée, parce que…trop « vulgaire et immorale ». pardon ? tu sais que c’est pas de la fiction cette bédé, mais notre quotidien ? c’est quoi qui te choque ? c’est qu’on vive ça, ou bien qu’on te le dise ? ça me permet de (re)mettre le lien vers le blog dont sont tirées les planches de l’expo : projet crocodiles

 

   – à propos de « harcelement de rue »,

qui semble être le truc à la mode à dénoncer absolument (le projet crocodiles n’y échappe pas, j’ai l’impression que son bouquin édité s’est concentré là dessus, alors que le blog témoigne aussi beaucoup de violence de la part de proches), un petit article pour remettre les choses à leur place :

« Alors oui, je sais, il y a les “ouaich la miss” et les “madmouazel, t’es très très charmante”. Mais il n’y a pas de mystères les gens : si les banlieusards et les scarlas sont un peu en avance sur le harcèlement de rue, c’est que la harcèlement de bureau et le harcèlement de bar sont déjà pris. C’est qu’en fait, les banlieusards et les scarlas, on n’a pas trop envie de les voir ailleurs que dans la rue. Les banlieusards, les lascars et les ouaichs investissent l’espace qu’on leur laisse. Je ne dis pas que leur sexisme est moins grave ou moins violent. Je dis qu’il serait temps d’arrêter de ne parler que de celui-ci. Pendant qu’on s’acharne sur celui-ci, celui-là [blanc/bourgeois] s’assied, déplie ses jambes et s’installe. »

l’article: Du caractère polymorphe et multicolore du relou en milieu urbain

 

   – et puis tiens,

rions (?) un peu avec des photos de racisme « accidentel » (?) : 19 cases of accidental racism

racismeaccidentel

 

flippons un peu avec le placement de produits personnalisé dans les films

 

et, euh, bon dimanche !

 

 

navigating the kink community as a QPOC 6 novembre 2014

je reposte un article intéressant que je viens de trouver.

 »  The first time I went to a play party, it was a kink party. I was just looking around with no intention to play. A white woman asked if she could flog me [hit with a flogger, which is a multi-tasseled whip]. I was so surprised. I thought, “You’re a white woman telling me you want to whip me? Don’t you know what that means?”  « 

( traduction : la première fois que je suis alléE à une play party, c’était une party BDSM. J’étais juste là pour regarder, sans intention de jouer. Une femme blanche m’a demandé si elle pouvait me fouetter (avec un martinet). J’ai été tellement surprisE. J’ai pensé « tu es une femme blanche et tu es en train de me dire que tu veux me fouetter ? est-ce que tu sais ce que ça veut dire ? »)

 

The Play Party Survival Guide and Kink Toolkit for Queer People of Color
ELIXHER chatted with Ignacio Rivera, activist and sex educator, about combating shame and preconceived notions around practicing kink and navigating kink communities as a queer person of color.
 

micropolitique des groupes – pour une écologie des pratiques collectives 20 octobre 2014

ouh la la oui oh oui oh oui.https://i0.wp.com/micropolitiques.collectifs.net/IMG/siteon0.jpg ça vous paraitra en décalage horaire, mais tant pis. je viens de découvrir ce livre.

il est dispo sur internet, soit en ligne dans une version naviguable interactive ici, http://micropolitiques.collectifs.net

soit en pdf dans une version plus austere mais imprimable, ici http://chieusesdefeministes.free.fr/IMG/pdf/Micropolitique_des_groupes.pdf

https://i1.wp.com/micropolitiques.collectifs.net/IMG/siteoff0.png

oh oui, oh oui !

c’est pile ce qu’il me fallait en ce moment. désormais, je me sentirai moins seule en réunion :)

 

 
Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.