wandering queer

brouillon, dans le désordre et au crayon gris

« accountability processes »?? 7 septembre 2019

I read a lot about these topics, and spend a lot of time working around them. I still feel like i don’t have a clue where to start or what to think or how to do stuff. So here is a list of  interesting reads for you, so you can be confused with me 🙂 Under construction !

 

So-called accountability processes are tearing my community apart. What can I do? –

https://www.dailyxtra.com/so-called-accountability-processes-are-tearing-my-community-apart-what-can-i-do-161146

the paragraph that made me go « YESSS! » in this article is about how healing for the survivor, and accountability for the perpetrator, are different processes. We had come to this conclusion ourselves, but it feels good to have it stated and elaborated upon, somewhere else. Here is the extract :

 » In an episode of Autumn Brown and adrienne maree brown’s podcast, How to Survive the End of the World, transformative justice facilitator and activist Mariame Kaba also reminds us that healing and justice are separate processes. Frequently, it is not possible for a perpetrator of harm to “repair” the hurt they have done the survivor, because some harm is permanent. All the punishments and consequences in the world cannot change that — and, indeed, many survivors may not want to be involved at all in an accountability process.

When we remember this, we are less likely to fall into the trap of pursuing an endless accountability process that aims to make survivors feel better, because justice doesn’t tend to make anyone feel better. At best, justice provides us with a clearer understanding of how harm happens and how to prevent it in the future. Knowing this, we can turn our resources and energy towards providing survivors of harm with interpersonal, financial, medical and other resources they need for healing. »

Also I love when people state visions (I tend to point what is wrong, and offer practical solutions. but I rarely dare say what I *want* for the future. Let’s be inspired)

« I want to fight for a vision of justice that is transformative, that is healing and that ardently refuses the temptation of answering violence with more violence. I want to believe that we can get there. I hope that we do. »

 

Conseils pour choisir un ordi (d’occas) 20 novembre 2017

Filed under: geek powa,guides/How-to,perso pas très politique — stupidfrog @ 17:07

bon alors …

Je viens de changer mon ordi, un peu vite. J’ai demandé de l’aide à une Super Copine Geek, qui m’a expliqué plein de trucs, et ensuite, je suis allé fouiller sur le net pour plus d’info. Alors maintenant j’ai plein de savoirs et de notes, et je ne sais pas quoi en faire, et clairement, j’aurai tout oublié dans 3 mois. Donc je me dis que si je peux en faire profiter 2 ou 3 personnes… Et bin il se trouve que plein de personnes me demandent, alors autant faire un article comme ça je répète pas 20 fois 😀

Attention cet article sort de quelques jours de recherche, par quelqu’un qui y connaît pas grand chose, et qui essaie de rendre ça compréhensible aux gens qui en sont au même point. Donc les infos sont approximatives et sans gros mots, des infos bcp plus justes peuvent être trouvées assez vite sur le net. Et si tu vois des grosses boulettes dans cet article n’hésite pas à m’écrire, si si. merci !

 

les conseils de Copine Géniale, c’est que pour une utilisation de base (c’est-à-dire pas ou peu de montage video, de montage audio, pas de jeux videos intensifs, pas d’utilisation très spécifique quoi), plutot, prendre un ordi de gamme « pro » (destiné plutot aux entreprises quoi), parce que c’est plus solide, ca dure, c’est une valeur sure. et donc le prendre d’occas parce que ca coute un bras.

Souvent ces ordis sont revendus/jetés par lots par les entreprises, donc il y a des entreprises ou des gens qui les « reconditionnent » (qui les remettent dans un etat correct quoi) et les revendent.

En gros si j’ai bien compris il y a 2 gammes incontournables là dedans, c’est les Dell Latitude, et les Lenovo Thinkpad. (Et ca a l’air d’etre le cas depuis des années donc avec un peu de chance cet article est encore valable dans le futur quand j’ai à nouveau besoin d’un nouvel ordi).  Géneralement ils sont moches, mais solides. Par exemple, ils ont une coque en métal plutot qu’en plastique, les Thinkpad ils ont un clavier résistant au renversage de café, etc. Vous pouvez regarder des vidéos impressionnantes de maltraitance sur ordinateur ici par exemple.

Bon, j’imagine que si t’as des besoins spécifiques mentionnés plus haut, mes conseils ne marchent plus.

Par contre les 5 critères pour choisir un ordi sont aussi valables si tu veux un + neuf.

 

les critères pour choisir un ordi

1 – le processeur

En gros, ce truc là ça vaut pas le coup de le changer pour donner un coup de neuf à ton ordi (contrairement par exemple à la taille du disque dur, la RAM etc) donc c’est le critère de base. C’est ça qui fait la vitesse de ton ordi, combiné à la RAM.

Moi je vois que des processeurs Intel passer, donc ça doit être un quasi monopole ?

Depuis 2008 y’a une meme gamme de processeurs, et depuis 2011 il sort un nouveau modèle chaque année.

  • le type : i3, i5 ou i7, c’est le nombre de coeurs de ton processeur, donc le nombre de trucs qu’il peut faire en simultané. Y’a aussi une histoire de fréquence (ex « 2,5 Mhz ») mais bon, avec le type et l’année la fréquence varie peu. Plus de détails par exemple ici.
  • la génération. chaque année ils sortent un nouveau de chaque type. Chaque saut de génération ne se vaut pas.
    • 2008, 1e generation. Ils ont des noms à 3 chiffres, genre « i5 M520 ». bon, c’est déjà mieux que ceux d’avant, mais attends la 2e generation.
    • 2011, 2e generation. Gros saut dans l’efficacité. en gros, 2 fois plus rapide que les précédents. des noms en 2xxx genre « i5 2520 »
    • 2012, 3e generation. Là, gros saut d’efficacité surtout pour les gamers, sinon, pas si différent que ça, sauf l’apparition de l’USB 3.0 (Si ton disque dur externe par exemple est en 3.0, et ton port USB aussi, alors tes données seront transférées plus vite. Moi qui ait des vieux DD et clés USB, je m’en tapais). Noms en 3xxx.
    • à partir de là j’ai pas regardé les carac exactes mais on en est auj à la 7e génération, donc environ 1 par an, et les noms sont à l’avenant (4 chiffres dont le 1er indique la génération). J’ai pas regardé parce que 2e ou 3e génération c’est nettement suffisant pour maintenant et les 5 années à venir, en gros, et que y’a un gros saut de prix entre ça et la 4e génération.

 

2 – la RAM

c’est la mémoire vive, donc l’espace que le processeur peut utiliser pour bosser, « stocker » des trucs pendant qu’il les processe. Si y’en a pas assez, ça rame. Moi j’ai trouvé des 2, 4, 8 Go surtout. Copine Géniale m’a certifié que 4 ça suffisait amplement. Et aussi, si jamais dans 1 an ou 2 ton PC commence à ramer parce que ce con de Réseau Social Bleu a décidé d’être soudain beaucoup plus lourd, tu peux toujours racheter de la RAM sur internet (30e les 4Go supplémentaires à peu près) et pimper ton ordi.

Pour voir par exemple sur ton ordi actuel ou un ordi que t’essaies, quelle proportion du processeur et quelle taille de RAM tu utilises en général, tu peux faire comme ça : à un moment où tu es en train de faire tes trucs habituels sur l’ordi, tu ouvres un « moniteur système » (sous linux: applications > outils système > moniteur système, sous windows débrouille toi! 😉 ), et tu vois dans « ressources » quel pourcentage du processeur (CPU) et de la RAM (mémoire) sont en cours d’utilisation.

 

3 – l’écran / le poids

on mesure la diagonale en pouces.

Après il y a 2 formats, 4/3 et 16/9. 4/3 c’est plus carré, c’est les vieux portables, et les écrans d’ordi fixes. Moi je préfère, ça fait plus de confort de lecture pour les textes. 16/9 c’est le plus fréquent aujourd’hui, et c’est bien pour les films.

10 pouces c’est l’ultraportable (ou les un peu grandes tablettes) pas confort pour travailler tous les jours. 12’5, c’est ce que j’ai pris au final, ça fait un ordi qui fait genre 30cm dans sa plus grande dimension, comme une pochette A4, moins qu’une BD, facile à mettre dans le sac. 14′ ça commence à être confort pour regarder un film. 17′ c’est les écrans d’ordis fixes.

Clairement, plus ton écran est grand, plus ton ordi en lui-même est grand, et donc, plus il est lourd. Disons que ça varie en général entre 1,6 et 2,8 kgs.

ça c’est le 2e machin qu’on ne peut pas modifier une fois qu’on a acheté, donc à choisir avec soin… Après, si tu choisis un écran petit, tu peux aussi faire comme moi et te brancher à un écran fixe 17′ quand t’es à la maison et là c’est le luxe. Je crois que c’est assez facile de récup des écrans, y’a bcp de gens qui ont un fixe dont ils ne se servent plus… Pour ça il faut que ton ordi ait une prise VGA.

Et le gadget magique que j’ai découvert en cherchant un ordi cette fois-ci (oui bin oui je connaissais pas grand chose hein) : les stations d’accueil ! C’est un machin sur lequel tu branches ton ordi (enfin plus exactement tu le poses) quand tu es à la maison, et, de là, sortent tous les branchements vers les machins externes pour plus de confort d’utilisation : alimentation, souris externe, imprimante, cable ethernet, écran externe, etc. Si tu as un écran et un clavier externes, tu peux passer au confort d’un ordi fixe. Magie ! moi je l’ai adoptée. Parfois c’est super cher mais moi j’en ai trouvé autour de 15 euros (si t’es en rhonalpie je peux te dire où).

Ici la liste complete des dimensions exactes.

 

4 – la taille du disque dur

Déjà, il y a 2 types. HDD, les DD normaux, qui sont vraiment des disques. Et SSD, les plus nouveaux, qui sont de la mémoire flash, donc pas un disque qui tourne mais plutôt comme une clé USB. Donc, c’est beaucoup plus léger (ça influe sur le poids final de ta machine), et beaucoup plus rapide (quand tu vas chercher des infos dans ton DD pour bosser dessus, par exemple ouvrir des fichiers etc. Et au démarrage aussi). Mais beaucoup plus cher.

Ensuite la taille, aujourd’hui disons que ça va de 128Go à 1To (= 1000 Go). Pour choisir la taille qu’il te faut, je serais toi je regarderais sur ton ordi actuel, la mémoire utilisée (tu cliques droit sur un fichier, propriétés, et tu vas trouver la place libre en tout sur tout ton ordi). Par exemple moi j’ai vu que sur mon vieux truc que j’ai depuis 8 ans (bon, je le nettoie régulièrement mais j’ai quand même des vieilles bouses dessus), j’ai utilisé en tout… 60 Go ! Alors autant te dire que le DD d’un To, j’en ai pas vraiment besoin… Je crois que ça dépend surtout de si tu collectionnes les séries que tu télécharges et que t’effaces jamais, ou si tu gardes tes rushs de tes films expérimentaux mêmes 10 ans après… Et aussi, si tu as des DD externes. ça, c’est comme la RAM, si tu viens à en manquer t’en rachète (auj sur internet, 1 DD d’1 To c’est 50e). Du coup je dirais, plutôt un petit SSD quitte à racheter un DD externe plus tard, plutôt qu’un gros HDD ?

 

5 – la batterie

pour un ordi d’occasion, ça peut être un critère important. La batterie ça s’use, alors si c’est pas spécifié que la batterie est neuve, ça vaut le coup de regarder combien il y a d’autonomie réelle. ça, on peut le faire qu’en laissant l’ordi allumé et en voyant à quelle vitesse ça se décharge (attention, toi même tu sais, si tu passes ta souris sur l’icone de la batterie ça va te dire « 45%, 5h restantes », le 45% est vrai, les 5h c’est du pipeau hein)… Après, ça aussi, ça se rachète, si on s’est fait avoir. C’est dans les 50e.

Pour choisir, je te conseille de faire aussi ce que j’ai fait moi : regarde les caractéristiques de ton ordi actuel. Par exemple moi j’avais 1 Go de RAM, et si je regarde dans le « moniteur système », je vois bien qu’elle est utilisée en entier dès que j’ai 2 onglets internet ouverts, et je te parle pas de si j’ai GIMP ouvert en même temps.

Si tu veux savoir les caractéristiques de ton ordi ou de n’importe lequel, prends le nom exact du modèle (« asus eee pc 1008HA » « acer aspire 1680 series », etc) et tape le dans ton moteur de recherches préféré, avec « specs », et tu trouveras les caractéristiques complètes.

revenons à nos moutons, ou plutôt à nos ordis moches mais solides. Je me suis renseigné, figure toi. Et j’ai tout compris aux noms des modèles !

 

Les gammes pro

Dell

Les Latitude, la gamme pro, c’est des « Exxx », par ex E6420.

  • E6xxx vs E5xxx : apparemment, la différence est dans la coque, plastique pour le 5 (donc moins solide, fragile si transport, manipulations, pi les charnieres aussi), métal pour le 6 (plus lourd).
  • Ex4xx : ca correspond à la taille de l’écran (4 = 14′, 5 = 15’…)
  • les 2 derniers chiffres c’est dans l’ordre de sortie. ça t’indique donc quelle génération de processeur y’a dedans.

Exx00 : 2008 – 2009, processeur 1e génération
Exx10 : 2010, idem
Exx20 : 2011, 2e génération
Exx30: 2012, 3e generation
etc, après j’ai plus cherché

Donc moi mon préféré vu mes critères (pas cher, trucs de base, mais qui rame pas trop, solide, moche), c’est E6420 (coque métal, écran 14′, processeur 2e génération). Après dans ce même modèle il y a des processeurs i5 et i7 (peut-être i3 chépa), donc il faut vérifier ce qu’il y a dans celui que tu hésites à acheter. la RAM et la taille du DD varient aussi. Et après on peut comparer le poids, la présence d’une webcam, le type de batterie (si elle est neuve, ça fait pas la même autonomie), etc.

 

Thinkpad

Ils ont tous la même gueule, une coque en métal hyper sobre, et ils sont méga solides, je vous renvoie aux vidéos qui font peur. aussi, ils ont la « souris clito » (trackpad) au milieu du clavier, on aime ou on aime pas, moi j’aime. ça économise des mouvements, c’est hyper pratique, et très mignon 😀

  • Il y a 4 gammes. X = ultraportables, écrans 12′ à peu près. L = milieu de gamme (je sais pas trop ce que ça veut dire). T = haut de gamme ; W = très haut de gamme.

Et ensuite il y a 3 chiffres.

  • 2xx ou 4xx ou 5xx : correspond à la taille de l’écran en pouces
  • x10, x20, x30 : correspond à l’année (idem que Dell).

Par exemple, mes préférés c’est T420 (un bon truc, écran 14′, processeur 2e génération), X220 (ultraportable, écran 12′, à part ça mêmes carac que le T420).

 

et du coup ?

 

c’est quoi les prix ?

bin pour mes préférés, processeurs 2e génération, c’est moins de 200 euros avec une bonne batterie.

 

Ou acheter ?

  • le bo*n coincoin : j’ai cherché dans ma région, j’ai trouvé des offres très variées, mais notamment des types qui font ça régulièrement. Je crois qu’ils récupèrent des stocks d’entreprise, genre ils sont ingénieurs informaticiens ou quoi, ils remettent les ordis en état et les revendent. Moi je suis tombé sur 2 types super sérieux (si vous êtes en rhonalpie je vous donne leur numéro). ça a l’air d’un bon plan, en plus tu peux voir l’ordi et l’essayer. Après y’a pas de garantie…
  • ecodair : une asso de réinsertion sociale genre emmaus, sur paris et marseille, ils ont 2 sites (ecodair.fr spécial marseille, https://www.ordinateur-occasion.com/ pour les 2, c’est pas exactement les mêmes offres). En portables, ils vendent ces 2 gammes là. Un peu plus cher qu’ailleurs, mais ya une garantie, et j’ai plein de potes qui ont acheté là autour de moi, il semble que le SAV soit top (tu les as au tel, ils t’aident, etc). Aussi en magasin ils ont une offre beaucoup plus grande que sur le site il parait, alors ça vaut le coup de les appeler.
  • le grand internet : si tu as choisi ton modèle, tu le cherches sur le net et tu vas tomber sur des sites de vente genre cdis*count. Moi ça me faisait hyper peur de me faire arnaquer, mais beaucoup des vendeurs au moins sur ce site-ci sont des vendeurs pro. Ce que j’ai fait moi, c’est que j’ai trouvé une offre super intéressante, j’ai regardé tous les commentaires du vendeur, et ils avaient aussi un site internet, je suis allé voir, ils ont 2 boutiques physiques, un numéro de tel, j’ai appelé… Bref ça avait l’air super sérieux, avec un SAV avec des vrais gens derrière si jamais à reception du colis il y a un problème. Il semble que ça arrive régulièrement que les ordis arrivent endommagés ou pas comme prévu, mais que dans ce cas-là ils sont super rapides et efficaces à te remplacer le produit avec en plus des cadeaux.
  • la fnouc : c’est cher et c’est nul, mais c’est toujours un endroit où tu peux aller parler avec une vraie personne qui parfois s’y connait et pourra répondre à tes questions, et où tu peux voir ce que ça fait en vrai, telle ou telle taille d’écran ou poids, et après, tu retournes acheter ailleurs tranquille.
  • les particuliers qui mettent « vend ordi dell gris avec internet et word installé dessus, prix ferme 50 euros » : oui, bon, tu fais comme tu veux hein.

 

et après ?

et après, tu installes linux dessus 🙂 parce que c’est libre si c’est debian, et aussi, parce que c’est plus léger, donc ton ordi ne s’en portera que mieux.

Et parce qu’on aime les manchots

voilà ! J’espère que c’est compréhensible et que ça vous a été vaguement utile !

Bon courage et joyeux nouvel ordi !

 

2 recettes qui les feront craquer (sic) – les muffins 16 mars 2017

Filed under: go vegan!,guides/How-to — stupidfrog @ 13:57

… ou comment faire le titre le plus pourri de la terre, entre magazine de cuisine et sites pour perdre du temps (vous voyez, « 27 chats qui ne savent pas comment ils sont arrivés là » ?)

bref. à la demande générale, suite à l’hystérie collective qui a saisie la foule la dernière fois qu’on a fait ces recettes, je me dois de les partager publiquement, et de les laisser vivre leur vie de buzz vegan sur la toile et dans ton estomac.

bon, ça c’est ma recette à tout faire, cake salé, sucré, muffins, tout. le gros avantage, c’est qu’elle a pas d’ingrédient-chiant-que-t’as-jamais-chez-toi…

 

1/ la base

la mesure  c’est la « tasse ». en gros, si tu fais 1 « tasse » = un verre de 25 cl, ça fait 8-10 muffins. ou un cake pour 4-5. pour bcp plus de gens, bin on prend des mesures plus grandes et hop !

le secret c’est d’avoir 2 « tasses » de la même taille : y’en a une qui sert pour les liquides et l’autre pour le sec.

  • 1 tasse de lait de soja (ou riz)
  • une cuillère à soupe de vinaigre de cidre (de riz) ou de citron

on met dans un récipient, on mélange et on laisse 5 minutes, le temps que ça épaississe.

pendant ce temps-là..

  • 2 tasses de farine
  • un sachet de levure (ou 2 càc de bicarbonate)
  • 1/2 tasse de sucre si c’est une recette sucrée
  • une pincée de sel

dans le récipient « liquide », on rajoute 1/4 ou 1/3 à peu près, d’huile de tournesol. on mélange

on verse le liquide, petit à petit, dans le sec. on mélange tout, voilà!

 

2/ les goûts

salé, tu peux faire : avec des épices, des olives, des oignons ou poireaux caramélisés, des poivrons revenus dans de l’huile et des herbes (alors, mets moins d’huile dans ta pâte), ou n’importe quoi…

sucré, maintenant j’ai mes recettes préférées :

  • zestes de citron et épices (cannelle, muscade, gingembre, poivre par exemple)
  • zestes d’orange et (gros) morceaux de chocolat. maintenant j’ai plus de limite, je mets autant de pépites que possible, et après j’en rajoute encore un peu 😀

 

voilà. bien surveiller la cuisson, paske ça dépend tellement d’un four à l’autre… je dirais 15 minutes pour les muffins, 30 mn pour les cakes ? tester avec la pointe d’un couteau ça marche bien.

 

3/ bonus

glaçage : sucre glace et un tout petit peu de jus de citron, à tartiner sur la tete du muffin quand il est démoulé et un peu refroidi 😀

 

pareil, n’hésitez pas à mettre des adaptations en commentaire 🙂

 

 

2 recettes qui les feront craquer (sic) – le wok

Filed under: go vegan!,guides/How-to — stupidfrog @ 13:13

… ou comment faire le titre le plus pourri de la terre, entre magazine de cuisine et sites pour perdre du temps (vous voyez, « 27 chats qui ne savent pas comment ils sont arrivés là » ?)

bref. à la demande générale, suite à l’hystérie collective qui a saisie la foule la dernière fois qu’on a fait ces recettes, je me dois de les partager publiquement, et de les laisser vivre leur vie de buzz vegan sur la toile et dans ton estomac.

 

« wok de légumes glacé aux 5 parfums »

oui, ce titre se la pète un peu.

en gros, rien de sorcier.

1/ tu précuis des légumes ennuyeux et tu ajoutes 2 trucs moins ennuyeux

2/ tu glaces le tout avec la sauce magique

3/ tu sers avec du riz (et avec un peu de pot, un meilleur titre que celui qu’on a trouvé)

 

1/ l’ennui

tu choisis des légumes qui peuvent être croquants (nous on avait mis : carottes, navets, brocolis, choux-fleurs, poivrons… mais tu peux mettre d’autres choux, des haricots verts…), tu coupes des légumes plutot en batonnets (oui, bon, pas le chou-fleur, hein), et le top c’est de les précuire séparément, comme ça chaque temps de cuisson est précis :

  • blanchir ce que tu peux (qqs minutes dans l’eau bouillante jusqu’à ce que ce soit un poil trop cru)
  • faire revenir le reste (nous on avait mis : oignons qu’on a fait caraméliser (vinaigre balsamique, sucre, eau), poivrons, et champignons – oui, c’est pas croquant).

tu obtiens une sorte de mélange de légumes chelou et fade, franchement, ça m’a fait penser à « poëlée d’automne », sachet surgelé à 1,12 euros le kilo chez lidl.

MAIS, tu ajoutes des champignons noirs (ça s’achète sec et ça se fait tremper 30mn) !

et tu fais, à côté, du tofu en cubes, mariné, revenu, puis re-arrosé de la marinade (sauce soja, citron, épices)

 

pour les proportions, disons 200g de légumes par personne, et un paquet de tofu pour 8 ou 10 (s’il te plait !! pas le tofu björg de supermarché ! beurk ultime ! le tofu de magasin asiatique, frais si possible, sinon en paquets.). et pour les champi, nous on a mis, à l’oeil, à peu près le même volume de chaque légume, pareil avec les champi (attention ça triple de volume quand tu les fais tremper !)

en vrai, jusqu’ici, je m’étais jamais autant fait suer à tout faire bien. tu poeles ensemble n’importe quel ensemble de légumes et ca marche, hein.

 

2/ l’instant magique

voilà la sauce magique qui change tout. je sais pas comment je l’ai dégotée, ptet bien sur marmiton ou un truc comme ça, bref je l’ai pas inventée.

quand je fais pour 4, je fais 1 dose = 1-2 cuillères à café

là on a fait pour 40, j’ai dû faire à peu près un litre de sauce

les ingrédients, à dose égale

  • sauce soja
  • vinaigre de cidre (ou de riz), ou citron, ou un mélange des 2
  • huile de sésame (tu peux en mettre un peu moins, c’est cher)
  • fécule de maïs (maïzena) ou de pomme de terre
  • sucre
  • et là ce coup-ci, j’ai rajouté des épices 5 parfums (en bocal toutes prêtes), tu peux rajouter les épices que tu veux (gingembre, cannelle, poivre…), mais sinon d’habitude je fais sans épice du tout. ça, j’en ai mis moins, mais c’est à voir au goût, on peut aussi en ajouter après.

voilà, tu mélanges cette sauce ; tu mets tous les légumes ensemble (pas le tofu), dans un wok (ou un grand machin qui va sur le feu, quoi) ; quand ils sont chauds, tu verses la sauce, et tu laisses « prendre » (c’est à dire que la maïzena fasse son effet magique d’épaissir, ça veut dire qu’il y a plus vraiment de sauce au fond, elle est vraiment accrochée à tes légumes), genre 5 minutes max ?

pi après, tu mélanges au tofu.

 

3/ tadam

bin voilà quoi. il reste plus qu’à pas rater le riz.

tu peux servir avec de la coriandre fraiche (au risque de perdre des amiEs), des cacahuetes pilées, des graines de sésame… normalement pas besoin d’assaisonner le riz en + de tout ça.

 

bon, cet article est très long, alors les muffins au prochain numéro. N’hésitez pas à mettre en commentaires les changements que vous avez faits et que c’était bien, et un concours de titres pour ce plat ! haha. bisous!

 

My racism (etc) 17 juillet 2016

Quelques posts qui ont retenu mon attention ces derniers temps sur mon fil d’info sur face de bouc, pour celleux qui ne l’ont pas. Parce que récemment, on a parlé IRL avec des copines de ces thèmes-là, et je me suis rendue compte que sans fb je lirais beaucoup moins sur ce thème. Parce que je veux partager ces discussions avec elles. Pour que celles qui lisent l’anglais traduisent aux autres.

C’est beaucoup des articles nord américains, parce que le contexte de ces derniers semaines là bas a fait surgir beaucoup de paroles là dessus. ça n’est pas une raison pour se distancier et pour ne pas le prendre pour nous.

(not-translation: i don’t publish much anymore, but at least i’ll put there some of the interesting articles that i see in my feed, for the fb-deprived 😉 )

 

 

My Racism: My Harmful Attempts To Be One Of The « Good Whites »

https://reneeroederer.com/2016/07/11/my-racism-my-harmful-attempts-to-be-one-of-the-good-whites/

The author takes the suggestion made by Tawnia Denise Anderson : « White people, you have heard it said that you must talk to other white people about racism, and you must. But don’t talk to them about their racism. Talk to them about YOUR racism. (…). Don’t make it « their » problem. Understand it as your problem, because it is.« , and she talks about her racism.

Both the whole quote and the article are worth thinking about.

 

 

7 et 8 juillet : morts d’Alton Sterling et Philando Castile, deux Noirs tués par la police.

http://www.montraykreyol.org/article/114-noirs-americains-tues-par-la-police-au-cours-des-186-premiers-jours-de-lannee-2016

(maintenant on en est à 117, que je sache…)

Girlfriend who live streamed Philando Castile shooting speaks

Aux US : L’homme qui a été tué parce qu’il sortait ses papiers de sa poche, dans sa voiture, lors d’un controle de police. Sa petite-amie a filmé, elle raconte comment ça s’est passé

 

un post d’une meuf, Kelly Diels, sur fb, que je copie/colle :

My husband, my son.

One night, when I was pregnant, my husband went out to get gas. We’re Canadian and it was our weekly habit to go across the border to the US to fill up. We liked to do that late Sunday nights because there’s no line-up at the border. But I was pregnant and not feeling or sleeping well, so I went to bed and he went for gas.

He phoned me at 11pm, just as I’d finally fallen asleep. He was upset. He’d been pulled over in the US for speeding.

I was irritated. You woke me up for that? Pay the ticket and move on.

In the morning I opened my eyes and he was laying on his side looking at me. He’d obviously been awake for a while.

« Baby, » he said, « I was scared. »

It was 2014. Michael Brown, Eric Gardner. He saw the police officer walking up to the car with his hand on the gun.

Before the officer even got to the car, my husband had run through the sequence. He’d laid out the insurance papers and his driver’s license on the dash. He’d taken down his hoodie. He had the windows rolled down and his hands clearly visible on the steering wheel. He didn’t want to have to make any sudden movements or any movements at all.

Because he was scared.

And then, after he got the ticket – the officer was kind, polite – my husband called me. He was coming down off the scared, you know?

And I was irritated. I didn’t get it.

And I live with him. I love him.

I didn’t get it because I’ve never, ever felt that fear or had to go through that sequence. It has never occurred to me when an officer approaches the car that I might die.

This is reality for black and brown people. They are not safe – not even from the people who are supposed to keep us all safe – and they know it.

This is my husband and my son and they are your brothers.

 

 

5 juillet : Pride de Toronto

Lors de la pride, le mouvement Black Lives Matter, qui était invité d’honneur, a bloqué la pride 30 mn pour interpeller l’orga sur son racisme et obtenir des promesses signées. ça a marché (même si depuis… bref), voilà leur site avec toutes les infos, les demandes, et la video de ces meufs et queers super powerful qui prennent la parole alors qu’on les hue.

http://blacklivesmatter.ca/

allez hop c’est tout pour l’instant, bonnes lectures.

 

Diet fads are destroying us: Paleo, gluten-free and the lies we tell ourselves 24 janvier 2016

hiiiii! i just found this article and i’m so glad. i have a thing with diets, the moment you start talking about how this or that diet is so interesting, i cringe, want to shout and/or leave the room*. right, it’s an emotional reaction more than an intellectual one, and because of that, i soon find myself apologizing, explaining that i have my own, personal, fucked up relationship to food, and this is why i overreact, don’t take my position too seriously.

well, sorry, but yes, actually, please do. if you give me a chance, and there is no diet worshipper around, i will have tons of things to say about diets. and this article both brings a critical view on the gluten-free trend and articulates links between modern « scientific » diets and religion, which is something i didn’t even hope for. must read.

*well, if i want to be honest, what would be even more satisfying would be to throw a huge, burning, disgustingly fat, 4-cheese gluten-full pizza on your face, but i’m well behaved, right? so i’ll leave the room

Diet fads are destroying us: Paleo, gluten-free and the lies we tell ourselves

The author of « The Gluten Lie » on our fruitless search for clean living, and why we’re so quick to scoff at science

full article here : http://www.salon.com/2015/05/03/diet_fads_are_destroying_us_paleo_gluten_free_and_the_lies_we_tell_ourselves_partner/

(…)

Reached by Skype, Levinovitz spoke with The Cubit about paleo dieters, grain-free monks, and why Fitbit represents a cultural descent into profound moral vacuity.

You’re a scholar of classical Chinese religions. How’d you end up writing about gluten?

Over two thousand years ago, there were these proto-Taoist monks in China who advocated strongly for a grain-free diet. [They claimed that] you could live forever. You could avoid disease. You could fly and teleport. Your skin would clear up.

I saw this countercultural rejection of grains, and then I saw almost the exact same thing, with the same kinds of hyperbolic claims, happening again with books like Grain Brain and Wheat Belly. And I thought to myself, you know, it’s funny, people are trying to debunk these fad diets with scientific evidence, but what they’re not realizing is that really these beliefs aren’t scientific at all. They’re wrapped in scientific rhetoric, but ultimately they’re quasi-religious beliefs that are based on superstition and myth.

Food rituals, food taboos, dietary demons, dietary myths, magic diets, guilt, sin: why do we apply so much religious language to food?

Virtually ever religious tradition has had food taboos and sacred diets. I think part of the reason is that food is something that we have direct control over. It crosses the boundary in a very personal way: we take something outside of our body and put it into our body. Eating is very personal, and it’s easy to invest those kinds of things with religious and ritual significance.

(…)read the full article

 

POC + mental health: a few readings 14 juin 2015

recently i’ve been tired of

– hearing from POC that the issues around mental health (trauma, self care, depression…) are white issues. (i mean, wait, are you saying POC don’t have mental health issues?? or that they don’t do anything about it?? er, i don’t believe that)

– and simultaneously realizing everything i read about mental health issues is written by white people or predominently white groups, or at least never explicitely links these issues with race.  (Oh, wait, would these 2 points be linked maybe?…)

ahem. time to look for readings somewhere else, maybe?…

so i started by BlackGirlDangerous because i love them. Here is a little selection, most i haven’t read yet. i’ve only read « loving each other wounded ». I thought i’d share, though, so we have food for thought and further discussions. if you have other good readings to suggest, please do!

Loving Each Other Wounded: 5 Essential Questions for Healthy QTPOC Love by CarmenLeah Ascencio

The Science of Resilience: What The World Can Learn From QTPoC Survivors of Domestic Violence  by Maisha Z. Johnson

How to Participate in the Movement When You’re in a Funkby Maisha Z. Johnson

Healing From Trauma As a Person of Colour: 3 Things I’ve Learnt As a Queer Black Boyby Travis A.

What’s Missing When We Talk About Self-Care (Ask BGD 1) Mia McKenzie and CarmenLeah Ascencio

You Can Be Loved: For Those of Us Who Live With Mental Illnessby Princess Harmony Rodriguez

and a very quick search on the rest of the internet gives things such as :

People of Color & Mental Illness Photo Project  by Dior Vargas, Latina Feminist Mental Health Activist

The Color of Hope: POC Mental Health Narratives

and also this search reminded me of that fabulous performer and thinker named Leah Lakshmi Piepzna-Samarasinha. e.g. here :

“My Body is Not a Liability” – Interview with Leah Lakshmi Piepzna-Samarasinha

and as for how it can be a « white only » issue, i found 1 thing but havent looked much more. it’s a start!

Mental Health Issues Are Not Just “White People Problems”  by Trina Young

ok! is that enough reading for now? enjoy 🙂

 

du papier et de l’encre ! 28 janvier 2015

salut salut

alors je ne vous abandonne pas, hein. c’est juste que des fois je décroche de l’écran… et vous savez, je fais des trucs dingues comme lire des choses qui ne sont pas sur un écran, mais sur du *papier* (ça existe encore ce truc ??). Alors je me suis dit que pourquoi pas vous partager ça aussi ? Parce que c’est pas les coups de coeur qui manquent !

Ces derniers mois, j’ai un dealer infaillible : la bibliothèque municipale en bas de chez moi, qui paie pas de mine ; elle a un tout petit rayon pour annabeladultes, mais c’est des vrais bibliothécaires qui choisissent les bouquins qu’iels commandent et qui après t’en parlent. Bref à chaque fois que je me fournis chez elleux, sur 5 bouquins un coup de coeur, ça rate pas. Par exemple y’a quelques mois je suis tombée sur Annabel, de Kathleen Winter. C’est un bouquin de le personnage principal est intersexe, mais c’est pas un bouquin *que* sur ça, c’est ça qui m’a plu. C’est super bien écrit, ça se situe au Labrador et du coup c’est aussi la vie là bas, dans une petite communauté ; le rapport d’Annabel à sa sorte de marraine chelou, le deuil, tout ça tout ça. Bref, après t’as envie de le prêter à tout le monde.

(le résumé ici : http://www.babelio.com/livres/Winter-Annabel/337394 )

 

Après ça j’ai pris un tas dans lequel il y avait Si tout n’a pas péri avec mon innocence, d’Emmanuelle Bayamack-Tam, et quand je l’ai fini, j’ai prié fort pour qu’elle ait écrit plein d’autres livres, que je me suis empressée d’aller chercher et dévorer et c’est affreux j’en veux encore elle m’a même pas déçue.

(le résumé ici : http://www.babelio.com/livres/Bayamack-Tam-Si-tout-na-pas-peri-avec-mon-innocence/447587 )

le 4e de couv dit :

« Ce livre raconte comment l’esprit vient aux filles. On y apprendra, entre autres :
– comment naître à neuf ans
– comment survivre à la perte de l’innocence
– comment grandir sans sombrer
– comment aimer l’autre sans souhaiter sa diminution
– comment faire entendre la musique de l’alexandrin
– comment désirer sans fin
– comment remettre sa vie dans le bon sens « 

Et on va de bonne surprise en bonne surprise. Je l’avais pris pour un truc facile à lire et drôle, et en fait, bon, c’est un peu trash, mais surtout elle aborde plein de thèmes définitivement féministes… et c’est aussi très très drôle. Bon, pas autant que son autre bouquin, Une Fille du feu, où je me suis littéralement pissé dessus de rire toutes les 3 pages, quand j’étais pas en train de me faire une montée de « cette meuf est merveilleuse » (l’héroïne ? l’auteure ? je sais pas). un peu pareil avec Mon Père m’a donné un mari, c’est sous la forme théâtre et ça vous entraîne le périnée (pour pas se pisser dessus, quoi).

Une fille du feu ça commence comme ça :

« Chère opinion mondiale, je voudrais t’informer
du fait méconnu numéro un : on n’est jamais grosse
sans être un peu une héroïne. C’est une vérité que va
apprendre à ses dépens la femme qui se dirige vers
moi, visant le tabouret en face du mien avec un air
d’égarement buté, et mettant à s’y diriger plus de
détermination et plus d’énergie que nécessaire,
comme s’il s’agissait d’un objectif difficile à rallier.
J’identifie tout de suite une ennemie, une forgeronne
privée de machette mais bourrée de passion explosive
et d’intention de nuire, ce qui ne m’empêche pas de
décroiser les jambes, histoire que lui parvienne le
meilleur de moi-même, mon odeur en surchauffe,
chargée d’informations personnelles et dérangeantes.
(…)

– Tu es kabyle ?
Et voilà, elle n’est pas plutôt arrivée qu’elle en est
déjà au contrôle d’identité. Dieux de l’adrénaline,
envoyez-moi des adversaires à la hauteur, par pitié.
Comme si elle avait entendu, elle m’attrape le gras du
bras, me palpe, me pince, un vrai tripotage de maqui-
gnon.
– Dis donc, t’es bien en chair, en tout cas.
Avec les grosses, personne ne se gêne : les grosses
ont tout de suite droit à la familiarité. Je ne réponds
pas mais lui saisis le poignet et l’abats sur le comptoir
comme s’il s’agissait de mettre fin à une partie de bras
de fer qui n’aurait même pas commencé.

allez, c’est tout pour aujourd’hui. bonne lecture pi à très bientot !

 

« Ce que nous faisons dans la lumière » 25 janvier 2015

c’est mal traduit de « What we do in the light », mais en tout cas, c’est un projet de photos : quel sexe on fait dans les pornos, quel sexe on fait dans la vraie vie.

elles sont belles, ces photos

Sadie Lune & T

(un article ici qui les présente, : http://www.ourageis13.com/feature/alexa-vachon-photographie-le-sexe-dans-les-pornos-et-dans-la-vraie-vie/ )

 

 

 

bon bon bon 22 janvier 2015

… il va bien falloir s’y coller alors. A propos de l’actualité, je veux dire, depuis les evenements des 7 et 9 janvier. Effectivement, avec facedebouc,  j’ai accès à une avalanche d’articles plus ou moins interessants mais en tout cas foisonnants, c’est le moins qu’on puisse dire ; et effectivement, je me laisse prendre dans ce truc de les « partager » directement, et je trouve que j’ai fait mon boulot, alors que ça ne fait que circuler sur fb, ce qui n’est pas très cool pour toustes celleux qui trainent pas sur ce site… alors bon, il y a déjà des articles qui recensent les articles etc etc, mais au final, je me retrouve beaucoup sur les mêmes sites. alors voilà des liens vers ces sites, fouillez 🙂

– le site du Parti des Indigènes de la République, vous pouvez commencer par cet article : http://indigenes-republique.fr/charlie-vu-par-les-arabes-et-les-noirs-des-quartiers/ (Charlie vu par les Arabes et les Noirs des quartiers)

– le site Quartiers Libres, que j’ai découvert à cette occasion. vous pouvez commencer ici (parce qu’il n’y a pas que Charlie dans la vie) : https://quartierslibres.wordpress.com/2015/01/22/proces-de-said-bouamama-et-saidou/ (sur comment s’est passé le procès de Saïdou de ZEP et de Saïd Bouamama, mardi dernier)

– Les Mots Sont Importants, j’ai déjà dû mettre le lien plein de fois mais bon, un site merveilleux fabuleux coeur coeur, alors j’ai pas su choisir l’article : http://lmsi.net/

Bon, et puis je résiste pas à vous mettre 2 petits liens en plus, vers des articles que j’ai lu aujourd’hui :

– un article pour les blanc-he-s, et j’ai envie de te (me) dire « autant que possible, prends le personnellement ». http://www.cases-rebelles.org/jai-separe-nos-routes/

(…) Quand vous serez plus vieux que vous vous serez poséEs ce ne sont pas nos misères qui vous empêcheront de dormir, ce n’est pas la conscience qui vous poussera à ne rien dire. C’est juste que vous serez passéEs à d’autres tourismes. Mais moi ça fait longtemps que j’aurai séparé nos routes. »

« Il y a de cela quelques années j’ai séparé nos routes. Séché mes larmes de votre insistance à être si blancHEs, si occidentauxALES. Vos références aveuglantes d’égocentrisme culturel et historique; vos révolutions françaises, russes, vos guerres d’Espagne, 68, et que sais-je… Où étions-nous pendant ce temps là ? Suant, saignant, braillant, crevant d’absences sans doute. Pendant que vous vous rêviez marxistes léninistes, anarchistes, féministes, socialistes, républicainEs, antifascistes, en attendant de nous apprendre à notre « réveil » que la société qui nous avait annexéEs, génocidéEs, enchaînéEs avait aussi accouché de plans de sorties, que vous alliez « partager » dans votre grande mansuétude. Vos mythologies libératrices je les profane ; ce ne sont pas les miennes. Je n’espère rien d’autre que vous fermiez vos gueules. On a trop entendu l’homme blanc chanter au vent ses stratégies étouffantes. la suite

– et puis du coup un article dans libe (…), mais qui est interessant aussi parce qu’il pose des trucs que j’ai envie de reutiliser dans d’autres domaines : Ethique de conviction contre éthique de responsabilité : http://www.liberation.fr/societe/2015/01/19/charlie-ethique-de-conviction-contre-ethique-de-responsabilite_1184055 Par exemple, je me (suis) demand(é)e (ce matin dans la douche) si on pourrait pas appliquer cette distinction à ce qui nous sépare, entre certains courants féministes ? attends, j’élaborerai un peu dans ma prochaine douche et puis je t’en reparle, ok ?   allez, bonne lecture et bisous

 

14 janvier 2015

Filed under: actu,fais tourner (pompé ailleurs),racisme/islamophobie — stupidfrog @ 13:37

 

j’héstais à faire une petite revue de presse de la semaine qui vient de s’écouler, mais c’est déjà un peu l’overdose d’infos, non ?*

alors juste  un truc, ok ?

cette video : « message aux jihadistes, islamistes, cyclistes »

 

la video dit :

« alors bonjour.

c’est juste un petit message pour tous les cinglés, tous les fous, les malades mentaux, qui décident de se déclarer euh, islamistes, intégristes,  djihadistes, pianistes, cyclistes, juste pour commettre leurs méfaits, d’accord ?

Vous êtes gentils, maintenant, vous nous laissez tranquilles, hein ?! On est fatiguéEs, c’est déjà compliqué de vivre ici en Europe, si en plus vous commencez à ramener toute la haine vers nous… ça commence à fatiguer un petit peu beaucoup quand même. Voilà. Donc merci de choisir une autre religion. Voilà ! Au revoir ! »

🙂 🙂 🙂

* si y’en a ici qui trouvent que non, si t’as pas facebouc, tu trouves pas 2 articles interessants par heure, faites signe, je la ferai cette revue de presse, ok ?

 

de la lecture pour un dimanche de pluie 30 novembre 2014

ouh bin i fait moche didon. c’est l’heure de faire une tisane, de se caler sous la couette, et de lire plein de trucs. par exemple…

 

   – Black Girl Dangerous, encore et toujours…

notamment deux articles récents,

* un sur les manifestations, aux etatsunis, à la suite du meurtre de Michael Brown par la police, et ce que les medias considèrent comme « violent » (indice : pas le meurtre de Noir-e-s par la police)

http://www.blackgirldangerous.org/2014/11/ferguson-destruction-violence-really-isnt/

* et un d’une meuf queer Asian American, sur le fait que les blanches lui reprochent souvent d’avoir « trop confiance en elle »

http://www.blackgirldangerous.org/2014/11/white-women-say-im-confident-racist-s/

   – tiens, sur Michael Brown encore,

pour les blanch-e-s et les autres qui se veulent des « allié-e-s » des Noir-e-s en ce moment

http://freeqthamighty.tumblr.com/post/95573664816/on-white-people-solidarity-and-not-marching

 

   – une bédé en français

sur une gamine assignée garçon à la naissance – c’est  drole, c’est mignon, et c’est pédagogique

http://assigneegarcon.tumblr.com/

 

   – pendant ce temps là à toulouse,

l’expo sur les violences masculines prévue pour être affichée pour la journée du 25 novembre a été annulée, parce que…trop « vulgaire et immorale ». pardon ? tu sais que c’est pas de la fiction cette bédé, mais notre quotidien ? c’est quoi qui te choque ? c’est qu’on vive ça, ou bien qu’on te le dise ? ça me permet de (re)mettre le lien vers le blog dont sont tirées les planches de l’expo : projet crocodiles

 

   – à propos de « harcelement de rue »,

qui semble être le truc à la mode à dénoncer absolument (le projet crocodiles n’y échappe pas, j’ai l’impression que son bouquin édité s’est concentré là dessus, alors que le blog témoigne aussi beaucoup de violence de la part de proches), un petit article pour remettre les choses à leur place :

« Alors oui, je sais, il y a les “ouaich la miss” et les “madmouazel, t’es très très charmante”. Mais il n’y a pas de mystères les gens : si les banlieusards et les scarlas sont un peu en avance sur le harcèlement de rue, c’est que la harcèlement de bureau et le harcèlement de bar sont déjà pris. C’est qu’en fait, les banlieusards et les scarlas, on n’a pas trop envie de les voir ailleurs que dans la rue. Les banlieusards, les lascars et les ouaichs investissent l’espace qu’on leur laisse. Je ne dis pas que leur sexisme est moins grave ou moins violent. Je dis qu’il serait temps d’arrêter de ne parler que de celui-ci. Pendant qu’on s’acharne sur celui-ci, celui-là [blanc/bourgeois] s’assied, déplie ses jambes et s’installe. »

l’article: Du caractère polymorphe et multicolore du relou en milieu urbain

 

   – et puis tiens,

rions (?) un peu avec des photos de racisme « accidentel » (?) : 19 cases of accidental racism

racismeaccidentel

 

flippons un peu avec le placement de produits personnalisé dans les films

 

et, euh, bon dimanche !

 

 

navigating the kink community as a QPOC 6 novembre 2014

je reposte un article intéressant que je viens de trouver.

 »  The first time I went to a play party, it was a kink party. I was just looking around with no intention to play. A white woman asked if she could flog me [hit with a flogger, which is a multi-tasseled whip]. I was so surprised. I thought, “You’re a white woman telling me you want to whip me? Don’t you know what that means?”  « 

( traduction : la première fois que je suis alléE à une play party, c’était une party BDSM. J’étais juste là pour regarder, sans intention de jouer. Une femme blanche m’a demandé si elle pouvait me fouetter (avec un martinet). J’ai été tellement surprisE. J’ai pensé « tu es une femme blanche et tu es en train de me dire que tu veux me fouetter ? est-ce que tu sais ce que ça veut dire ? »)

 

The Play Party Survival Guide and Kink Toolkit for Queer People of Color
ELIXHER chatted with Ignacio Rivera, activist and sex educator, about combating shame and preconceived notions around practicing kink and navigating kink communities as a queer person of color.
 

micropolitique des groupes – pour une écologie des pratiques collectives 20 octobre 2014

ouh la la oui oh oui oh oui.https://i1.wp.com/micropolitiques.collectifs.net/IMG/siteon0.jpg ça vous paraitra en décalage horaire, mais tant pis. je viens de découvrir ce livre.

il est dispo sur internet, soit en ligne dans une version naviguable interactive ici, http://micropolitiques.collectifs.net

soit en pdf dans une version plus austere mais imprimable, ici http://chieusesdefeministes.free.fr/IMG/pdf/Micropolitique_des_groupes.pdf

https://i1.wp.com/micropolitiques.collectifs.net/IMG/siteoff0.png

oh oui, oh oui !

c’est pile ce qu’il me fallait en ce moment. désormais, je me sentirai moins seule en réunion 🙂

 

Non Violent Communication can hurt people 13 juillet 2014

hey
this text is interesting. it doesn’t say things the way i would have, but it sums up some of the problems with NVC.
Also i havent wandered around the blog but the title makes me want to (« social skills for autonomous people »).

taken from here :
http://realsocialskills.org/post/91609471897/nonviolent-communication-can-hurt-people

 

 

People who struggle interpersonally, who seem unhappy, or who get into a lot of conflicts are often advised to adopt the approach of Nonviolent Communication.

This is often not a good idea. Nonviolent Communication is an approach based on refraining from seeming to judge others, and instead expressing everything in terms of your own feelings. For instance, instead of “Don’t be such an inconsiderate jerk about leaving your clothes around”, you’d say “When you leave your clothing around, I feel disrespected.”. That approach is useful in situations in which people basically want to treat each other well but have trouble doing so because they don’t understand one another’s needs and feelings. In every other type of situation, the ideology and methodology of Nonviolent Communication can make things much worse.

Nonviolent Communication can be particularly harmful to marginalized people or abuse survivors. It can also teach powerful people to abuse their power more than they had previously, and to feel good about doing so. Non-Violent Communication has strategies that can be helpful in some situations, but it also teaches a lot of anti-skills that can undermine the ability to survive and fight injustice and abuse.

For marginalized or abused people, being judgmental is a necessary survival skill. Sometimes it’s not enough to say “when you call me slurs, I feel humiliated” – particularly if the other person doesn’t care about hurting you or actually wants to hurt you. Sometimes you have to say “The word you called me is a slur. It’s not ok to call me slurs. Stop.” Or “If you call me that again, I’m leaving.” Sometimes you have to say to yourself “I’m ok, they’re mean.” All of those things are judgments, and it’s important to be judgmental in those ways.

You can’t protect yourself from people who mean you harm without judging them. Nonviolent Communication works when people are hurting each other by accident; it only works when everyone means well. It doesn’t have responses that work when people are hurting others on purpose or without caring about damage they do. Which, if you’re marginalized or abused, happens several times a day. NVC does not have a framework for acknowledging this or responding to it.

In order to protect yourself from people who mean you harm, you have to see yourself as having the right to judge that someone is hurting you. You also have to be able to unilaterally set boundaries, even when your boundaries are upsetting to other people. Nonviolent Communication culture can teach you that whenever others are upset with you, you’re doing something wrong and should change what you do in order to meet the needs of others better. That’s a major anti-skill. People need to be able to decide things for themselves even when others are upset.

Further, NVC places a dangerous degree of emphasis on using a very specific kind of language and tone. NVC culture often judges people less on the content of what they’re saying than how they are saying it. Abusers and cluelessly powerful people are usually much better at using NVC language than people who are actively being hurt. When you’re just messing with someone’s head or protecting your own right to mess with their head, it’s easy to phrase things correctly. When someone is abusing you and you’re trying to explain what’s wrong, and you’re actively terrified, it’s much, much harder to phrase things in I-statements that take an acceptable tone.

Further, there is *always* a way to take issue with the way someone phrased something. It’s really easy to make something that’s really about shutting someone up look like a concern about the way they’re using language, or advice on how to communicate better. Every group I’ve seen that valued this type of language highly ended up nitpicking the language of the least popular person in the group as a way of shutting them up.