wandering queer

brouillon, dans le désordre et au crayon gris

2 recettes qui les feront craquer (sic) – les muffins 16 mars 2017

Filed under: go vegan!,guides/How-to — stupidfrog @ 13:57

… ou comment faire le titre le plus pourri de la terre, entre magazine de cuisine et sites pour perdre du temps (vous voyez, « 27 chats qui ne savent pas comment ils sont arrivés là » ?)

bref. à la demande générale, suite à l’hystérie collective qui a saisie la foule la dernière fois qu’on a fait ces recettes, je me dois de les partager publiquement, et de les laisser vivre leur vie de buzz vegan sur la toile et dans ton estomac.

bon, ça c’est ma recette à tout faire, cake salé, sucré, muffins, tout. le gros avantage, c’est qu’elle a pas d’ingrédient-chiant-que-t’as-jamais-chez-toi…

 

1/ la base

la mesure  c’est la « tasse ». en gros, si tu fais 1 « tasse » = un verre de 25 cl, ça fait 8-10 muffins. ou un cake pour 4-5. pour bcp plus de gens, bin on prend des mesures plus grandes et hop !

le secret c’est d’avoir 2 « tasses » de la même taille : y’en a une qui sert pour les liquides et l’autre pour le sec.

  • 1 tasse de lait de soja (ou riz)
  • une cuillère à soupe de vinaigre de cidre (de riz) ou de citron

on met dans un récipient, on mélange et on laisse 5 minutes, le temps que ça épaississe.

pendant ce temps-là..

  • 2 tasses de farine
  • un sachet de levure (ou 2 càc de bicarbonate)
  • 1/2 tasse de sucre si c’est une recette sucrée
  • une pincée de sel

dans le récipient « liquide », on rajoute 1/4 ou 1/3 à peu près, d’huile de tournesol. on mélange

on verse le liquide, petit à petit, dans le sec. on mélange tout, voilà!

 

2/ les goûts

salé, tu peux faire : avec des épices, des olives, des oignons ou poireaux caramélisés, des poivrons revenus dans de l’huile et des herbes (alors, mets moins d’huile dans ta pâte), ou n’importe quoi…

sucré, maintenant j’ai mes recettes préférées :

  • zestes de citron et épices (cannelle, muscade, gingembre, poivre par exemple)
  • zestes d’orange et (gros) morceaux de chocolat. maintenant j’ai plus de limite, je mets autant de pépites que possible, et après j’en rajoute encore un peu 😀

 

voilà. bien surveiller la cuisson, paske ça dépend tellement d’un four à l’autre… je dirais 15 minutes pour les muffins, 30 mn pour les cakes ? tester avec la pointe d’un couteau ça marche bien.

 

3/ bonus

glaçage : sucre glace et un tout petit peu de jus de citron, à tartiner sur la tete du muffin quand il est démoulé et un peu refroidi 😀

 

pareil, n’hésitez pas à mettre des adaptations en commentaire 🙂

 

 

2 recettes qui les feront craquer (sic) – le wok

Filed under: go vegan!,guides/How-to — stupidfrog @ 13:13

… ou comment faire le titre le plus pourri de la terre, entre magazine de cuisine et sites pour perdre du temps (vous voyez, « 27 chats qui ne savent pas comment ils sont arrivés là » ?)

bref. à la demande générale, suite à l’hystérie collective qui a saisie la foule la dernière fois qu’on a fait ces recettes, je me dois de les partager publiquement, et de les laisser vivre leur vie de buzz vegan sur la toile et dans ton estomac.

 

« wok de légumes glacé aux 5 parfums »

oui, ce titre se la pète un peu.

en gros, rien de sorcier.

1/ tu précuis des légumes ennuyeux et tu ajoutes 2 trucs moins ennuyeux

2/ tu glaces le tout avec la sauce magique

3/ tu sers avec du riz (et avec un peu de pot, un meilleur titre que celui qu’on a trouvé)

 

1/ l’ennui

tu choisis des légumes qui peuvent être croquants (nous on avait mis : carottes, navets, brocolis, choux-fleurs, poivrons… mais tu peux mettre d’autres choux, des haricots verts…), tu coupes des légumes plutot en batonnets (oui, bon, pas le chou-fleur, hein), et le top c’est de les précuire séparément, comme ça chaque temps de cuisson est précis :

  • blanchir ce que tu peux (qqs minutes dans l’eau bouillante jusqu’à ce que ce soit un poil trop cru)
  • faire revenir le reste (nous on avait mis : oignons qu’on a fait caraméliser (vinaigre balsamique, sucre, eau), poivrons, et champignons – oui, c’est pas croquant).

tu obtiens une sorte de mélange de légumes chelou et fade, franchement, ça m’a fait penser à « poëlée d’automne », sachet surgelé à 1,12 euros le kilo chez lidl.

MAIS, tu ajoutes des champignons noirs (ça s’achète sec et ça se fait tremper 30mn) !

et tu fais, à côté, du tofu en cubes, mariné, revenu, puis re-arrosé de la marinade (sauce soja, citron, épices)

 

pour les proportions, disons 200g de légumes par personne, et un paquet de tofu pour 8 ou 10 (s’il te plait !! pas le tofu björg de supermarché ! beurk ultime ! le tofu de magasin asiatique, frais si possible, sinon en paquets.). et pour les champi, nous on a mis, à l’oeil, à peu près le même volume de chaque légume, pareil avec les champi (attention ça triple de volume quand tu les fais tremper !)

en vrai, jusqu’ici, je m’étais jamais autant fait suer à tout faire bien. tu poeles ensemble n’importe quel ensemble de légumes et ca marche, hein.

 

2/ l’instant magique

voilà la sauce magique qui change tout. je sais pas comment je l’ai dégotée, ptet bien sur marmiton ou un truc comme ça, bref je l’ai pas inventée.

quand je fais pour 4, je fais 1 dose = 1-2 cuillères à café

là on a fait pour 40, j’ai dû faire à peu près un litre de sauce

les ingrédients, à dose égale

  • sauce soja
  • vinaigre de cidre (ou de riz), ou citron, ou un mélange des 2
  • huile de sésame (tu peux en mettre un peu moins, c’est cher)
  • fécule de maïs (maïzena) ou de pomme de terre
  • sucre
  • et là ce coup-ci, j’ai rajouté des épices 5 parfums (en bocal toutes prêtes), tu peux rajouter les épices que tu veux (gingembre, cannelle, poivre…), mais sinon d’habitude je fais sans épice du tout. ça, j’en ai mis moins, mais c’est à voir au goût, on peut aussi en ajouter après.

voilà, tu mélanges cette sauce ; tu mets tous les légumes ensemble (pas le tofu), dans un wok (ou un grand machin qui va sur le feu, quoi) ; quand ils sont chauds, tu verses la sauce, et tu laisses « prendre » (c’est à dire que la maïzena fasse son effet magique d’épaissir, ça veut dire qu’il y a plus vraiment de sauce au fond, elle est vraiment accrochée à tes légumes), genre 5 minutes max ?

pi après, tu mélanges au tofu.

 

3/ tadam

bin voilà quoi. il reste plus qu’à pas rater le riz.

tu peux servir avec de la coriandre fraiche (au risque de perdre des amiEs), des cacahuetes pilées, des graines de sésame… normalement pas besoin d’assaisonner le riz en + de tout ça.

 

bon, cet article est très long, alors les muffins au prochain numéro. N’hésitez pas à mettre en commentaires les changements que vous avez faits et que c’était bien, et un concours de titres pour ce plat ! haha. bisous!

 

My racism (etc) 17 juillet 2016

Quelques posts qui ont retenu mon attention ces derniers temps sur mon fil d’info sur face de bouc, pour celleux qui ne l’ont pas. Parce que récemment, on a parlé IRL avec des copines de ces thèmes-là, et je me suis rendue compte que sans fb je lirais beaucoup moins sur ce thème. Parce que je veux partager ces discussions avec elles. Pour que celles qui lisent l’anglais traduisent aux autres.

C’est beaucoup des articles nord américains, parce que le contexte de ces derniers semaines là bas a fait surgir beaucoup de paroles là dessus. ça n’est pas une raison pour se distancier et pour ne pas le prendre pour nous.

(not-translation: i don’t publish much anymore, but at least i’ll put there some of the interesting articles that i see in my feed, for the fb-deprived 😉 )

 

 

My Racism: My Harmful Attempts To Be One Of The « Good Whites »

https://reneeroederer.com/2016/07/11/my-racism-my-harmful-attempts-to-be-one-of-the-good-whites/

The author takes the suggestion made by Tawnia Denise Anderson : « White people, you have heard it said that you must talk to other white people about racism, and you must. But don’t talk to them about their racism. Talk to them about YOUR racism. (…). Don’t make it « their » problem. Understand it as your problem, because it is.« , and she talks about her racism.

Both the whole quote and the article are worth thinking about.

 

 

7 et 8 juillet : morts d’Alton Sterling et Philando Castile, deux Noirs tués par la police.

http://www.montraykreyol.org/article/114-noirs-americains-tues-par-la-police-au-cours-des-186-premiers-jours-de-lannee-2016

(maintenant on en est à 117, que je sache…)

Girlfriend who live streamed Philando Castile shooting speaks

Aux US : L’homme qui a été tué parce qu’il sortait ses papiers de sa poche, dans sa voiture, lors d’un controle de police. Sa petite-amie a filmé, elle raconte comment ça s’est passé

 

un post d’une meuf, Kelly Diels, sur fb, que je copie/colle :

My husband, my son.

One night, when I was pregnant, my husband went out to get gas. We’re Canadian and it was our weekly habit to go across the border to the US to fill up. We liked to do that late Sunday nights because there’s no line-up at the border. But I was pregnant and not feeling or sleeping well, so I went to bed and he went for gas.

He phoned me at 11pm, just as I’d finally fallen asleep. He was upset. He’d been pulled over in the US for speeding.

I was irritated. You woke me up for that? Pay the ticket and move on.

In the morning I opened my eyes and he was laying on his side looking at me. He’d obviously been awake for a while.

« Baby, » he said, « I was scared. »

It was 2014. Michael Brown, Eric Gardner. He saw the police officer walking up to the car with his hand on the gun.

Before the officer even got to the car, my husband had run through the sequence. He’d laid out the insurance papers and his driver’s license on the dash. He’d taken down his hoodie. He had the windows rolled down and his hands clearly visible on the steering wheel. He didn’t want to have to make any sudden movements or any movements at all.

Because he was scared.

And then, after he got the ticket – the officer was kind, polite – my husband called me. He was coming down off the scared, you know?

And I was irritated. I didn’t get it.

And I live with him. I love him.

I didn’t get it because I’ve never, ever felt that fear or had to go through that sequence. It has never occurred to me when an officer approaches the car that I might die.

This is reality for black and brown people. They are not safe – not even from the people who are supposed to keep us all safe – and they know it.

This is my husband and my son and they are your brothers.

 

 

5 juillet : Pride de Toronto

Lors de la pride, le mouvement Black Lives Matter, qui était invité d’honneur, a bloqué la pride 30 mn pour interpeller l’orga sur son racisme et obtenir des promesses signées. ça a marché (même si depuis… bref), voilà leur site avec toutes les infos, les demandes, et la video de ces meufs et queers super powerful qui prennent la parole alors qu’on les hue.

http://blacklivesmatter.ca/

allez hop c’est tout pour l’instant, bonnes lectures.

 

POC + mental health: a few readings 14 juin 2015

recently i’ve been tired of

– hearing from POC that the issues around mental health (trauma, self care, depression…) are white issues. (i mean, wait, are you saying POC don’t have mental health issues?? or that they don’t do anything about it?? er, i don’t believe that)

– and simultaneously realizing everything i read about mental health issues is written by white people or predominently white groups, or at least never explicitely links these issues with race.  (Oh, wait, would these 2 points be linked maybe?…)

ahem. time to look for readings somewhere else, maybe?…

so i started by BlackGirlDangerous because i love them. Here is a few selection, most i haven’t read yet. i’ve only read « loving each other wounded ». I thought i’d share, though, so we have food for thought and further discussions. if you have other good readings to suggest, please do!

Loving Each Other Wounded: 5 Essential Questions for Healthy QTPOC Love by CarmenLeah Ascencio

The Science of Resilience: What The World Can Learn From QTPoC Survivors of Domestic Violence  by Maisha Z. Johnson

How to Participate in the Movement When You’re in a Funkby Maisha Z. Johnson

Healing From Trauma As a Person of Colour: 3 Things I’ve Learnt As a Queer Black Boyby Travis A.

What’s Missing When We Talk About Self-Care (Ask BGD 1) Mia McKenzie and CarmenLeah Ascencio

You Can Be Loved: For Those of Us Who Live With Mental Illnessby Princess Harmony Rodriguez

and a very quick search on the rest of the internet gives things such as :

People of Color & Mental Illness Photo Project  by Dior Vargas, Latina Feminist Mental Health Activist

The Color of Hope: POC Mental Health Narratives

and also this search reminded me of that fabulous performer and thinker named Leah Lakshmi Piepzna-Samarasinha. e.g. here :

“My Body is Not a Liability” – Interview with Leah Lakshmi Piepzna-Samarasinha

and as for how it can be a « white only » issue, i found 1 thing but havent looked much more. it’s a start!

Mental Health Issues Are Not Just “White People Problems”  by Trina Young

ok! is that enough reading for now? enjoy 🙂

 

du papier et de l’encre ! 28 janvier 2015

salut salut

alors je ne vous abandonne pas, hein. c’est juste que des fois je décroche de l’écran… et vous savez, je fais des trucs dingues comme lire des choses qui ne sont pas sur un écran, mais sur du *papier* (ça existe encore ce truc ??). Alors je me suis dit que pourquoi pas vous partager ça aussi ? Parce que c’est pas les coups de coeur qui manquent !

Ces derniers mois, j’ai un dealer infaillible : la bibliothèque municipale en bas de chez moi, qui paie pas de mine ; elle a un tout petit rayon pour annabeladultes, mais c’est des vrais bibliothécaires qui choisissent les bouquins qu’iels commandent et qui après t’en parlent. Bref à chaque fois que je me fournis chez elleux, sur 5 bouquins un coup de coeur, ça rate pas. Par exemple y’a quelques mois je suis tombée sur Annabel, de Kathleen Winter. C’est un bouquin de le personnage principal est intersexe, mais c’est pas un bouquin *que* sur ça, c’est ça qui m’a plu. C’est super bien écrit, ça se situe au Labrador et du coup c’est aussi la vie là bas, dans une petite communauté ; le rapport d’Annabel à sa sorte de marraine chelou, le deuil, tout ça tout ça. Bref, après t’as envie de le prêter à tout le monde.

(le résumé ici : http://www.babelio.com/livres/Winter-Annabel/337394 )

 

Après ça j’ai pris un tas dans lequel il y avait Si tout n’a pas péri avec mon innocence, d’Emmanuelle Bayamack-Tam, et quand je l’ai fini, j’ai prié fort pour qu’elle ait écrit plein d’autres livres, que je me suis empressée d’aller chercher et dévorer et c’est affreux j’en veux encore elle m’a même pas déçue.

(le résumé ici : http://www.babelio.com/livres/Bayamack-Tam-Si-tout-na-pas-peri-avec-mon-innocence/447587 )

le 4e de couv dit :

« Ce livre raconte comment l’esprit vient aux filles. On y apprendra, entre autres :
– comment naître à neuf ans
– comment survivre à la perte de l’innocence
– comment grandir sans sombrer
– comment aimer l’autre sans souhaiter sa diminution
– comment faire entendre la musique de l’alexandrin
– comment désirer sans fin
– comment remettre sa vie dans le bon sens « 

Et on va de bonne surprise en bonne surprise. Je l’avais pris pour un truc facile à lire et drôle, et en fait, bon, c’est un peu trash, mais surtout elle aborde plein de thèmes définitivement féministes… et c’est aussi très très drôle. Bon, pas autant que son autre bouquin, Une Fille du feu, où je me suis littéralement pissé dessus de rire toutes les 3 pages, quand j’étais pas en train de me faire une montée de « cette meuf est merveilleuse » (l’héroïne ? l’auteure ? je sais pas). un peu pareil avec Mon Père m’a donné un mari, c’est sous la forme théâtre et ça vous entraîne le périnée (pour pas se pisser dessus, quoi).

Une fille du feu ça commence comme ça :

« Chère opinion mondiale, je voudrais t’informer
du fait méconnu numéro un : on n’est jamais grosse
sans être un peu une héroïne. C’est une vérité que va
apprendre à ses dépens la femme qui se dirige vers
moi, visant le tabouret en face du mien avec un air
d’égarement buté, et mettant à s’y diriger plus de
détermination et plus d’énergie que nécessaire,
comme s’il s’agissait d’un objectif difficile à rallier.
J’identifie tout de suite une ennemie, une forgeronne
privée de machette mais bourrée de passion explosive
et d’intention de nuire, ce qui ne m’empêche pas de
décroiser les jambes, histoire que lui parvienne le
meilleur de moi-même, mon odeur en surchauffe,
chargée d’informations personnelles et dérangeantes.
(…)

– Tu es kabyle ?
Et voilà, elle n’est pas plutôt arrivée qu’elle en est
déjà au contrôle d’identité. Dieux de l’adrénaline,
envoyez-moi des adversaires à la hauteur, par pitié.
Comme si elle avait entendu, elle m’attrape le gras du
bras, me palpe, me pince, un vrai tripotage de maqui-
gnon.
– Dis donc, t’es bien en chair, en tout cas.
Avec les grosses, personne ne se gêne : les grosses
ont tout de suite droit à la familiarité. Je ne réponds
pas mais lui saisis le poignet et l’abats sur le comptoir
comme s’il s’agissait de mettre fin à une partie de bras
de fer qui n’aurait même pas commencé.

allez, c’est tout pour aujourd’hui. bonne lecture pi à très bientot !

 

« Ce que nous faisons dans la lumière » 25 janvier 2015

c’est mal traduit de « What we do in the light », mais en tout cas, c’est un projet de photos : quel sexe on fait dans les pornos, quel sexe on fait dans la vraie vie.

elles sont belles, ces photos

Sadie Lune & T

(un article ici qui les présente, : http://www.ourageis13.com/feature/alexa-vachon-photographie-le-sexe-dans-les-pornos-et-dans-la-vraie-vie/ )

 

 

 

bon bon bon 22 janvier 2015

… il va bien falloir s’y coller alors. A propos de l’actualité, je veux dire, depuis les evenements des 7 et 9 janvier. Effectivement, avec facedebouc,  j’ai accès à une avalanche d’articles plus ou moins interessants mais en tout cas foisonnants, c’est le moins qu’on puisse dire ; et effectivement, je me laisse prendre dans ce truc de les « partager » directement, et je trouve que j’ai fait mon boulot, alors que ça ne fait que circuler sur fb, ce qui n’est pas très cool pour toustes celleux qui trainent pas sur ce site… alors bon, il y a déjà des articles qui recensent les articles etc etc, mais au final, je me retrouve beaucoup sur les mêmes sites. alors voilà des liens vers ces sites, fouillez 🙂

– le site du Parti des Indigènes de la République, vous pouvez commencer par cet article : http://indigenes-republique.fr/charlie-vu-par-les-arabes-et-les-noirs-des-quartiers/ (Charlie vu par les Arabes et les Noirs des quartiers)

– le site Quartiers Libres, que j’ai découvert à cette occasion. vous pouvez commencer ici (parce qu’il n’y a pas que Charlie dans la vie) : https://quartierslibres.wordpress.com/2015/01/22/proces-de-said-bouamama-et-saidou/ (sur comment s’est passé le procès de Saïdou de ZEP et de Saïd Bouamama, mardi dernier)

– Les Mots Sont Importants, j’ai déjà dû mettre le lien plein de fois mais bon, un site merveilleux fabuleux coeur coeur, alors j’ai pas su choisir l’article : http://lmsi.net/

Bon, et puis je résiste pas à vous mettre 2 petits liens en plus, vers des articles que j’ai lu aujourd’hui :

– un article pour les blanc-he-s, et j’ai envie de te (me) dire « autant que possible, prends le personnellement ». http://www.cases-rebelles.org/jai-separe-nos-routes/

(…) Quand vous serez plus vieux que vous vous serez poséEs ce ne sont pas nos misères qui vous empêcheront de dormir, ce n’est pas la conscience qui vous poussera à ne rien dire. C’est juste que vous serez passéEs à d’autres tourismes. Mais moi ça fait longtemps que j’aurai séparé nos routes. »

« Il y a de cela quelques années j’ai séparé nos routes. Séché mes larmes de votre insistance à être si blancHEs, si occidentauxALES. Vos références aveuglantes d’égocentrisme culturel et historique; vos révolutions françaises, russes, vos guerres d’Espagne, 68, et que sais-je… Où étions-nous pendant ce temps là ? Suant, saignant, braillant, crevant d’absences sans doute. Pendant que vous vous rêviez marxistes léninistes, anarchistes, féministes, socialistes, républicainEs, antifascistes, en attendant de nous apprendre à notre « réveil » que la société qui nous avait annexéEs, génocidéEs, enchaînéEs avait aussi accouché de plans de sorties, que vous alliez « partager » dans votre grande mansuétude. Vos mythologies libératrices je les profane ; ce ne sont pas les miennes. Je n’espère rien d’autre que vous fermiez vos gueules. On a trop entendu l’homme blanc chanter au vent ses stratégies étouffantes. la suite

– et puis du coup un article dans libe (…), mais qui est interessant aussi parce qu’il pose des trucs que j’ai envie de reutiliser dans d’autres domaines : Ethique de conviction contre éthique de responsabilité : http://www.liberation.fr/societe/2015/01/19/charlie-ethique-de-conviction-contre-ethique-de-responsabilite_1184055 Par exemple, je me (suis) demand(é)e (ce matin dans la douche) si on pourrait pas appliquer cette distinction à ce qui nous sépare, entre certains courants féministes ? attends, j’élaborerai un peu dans ma prochaine douche et puis je t’en reparle, ok ?   allez, bonne lecture et bisous